La haine n’aura pas le dernier mot

Ce soir j’ai honte. Depuis que les religions qu’il faudrait mettre à leur place constitue le sujet dont tout le monde parle au Québec, il ne se passe plus un jour sans qu’on entende ou qu’on nous présente des images de personnes liées à l’Islam se faire haranguer par des gens dits de souche. C’est comme si le projet de charte et la consultation menée par le Gouvernement avaient donné à une portion de la population la licence pour laisser s’exprimer la haine, le racisme et la forme du nationalisme le plus détestable qui soit, c’est-à-dire celui d’un peuple qui se ferme sur lui-même.

Des attitudes et des gestes d’intolérance

Comme la plupart d’entre vous, j’ai reçu des messages courriels mensongers à caractère haineux. J’ai vu sur mon mur Facebook des images comportant elles aussi des incitations à l’intolérance. Chaque fois que j’ai pu, j’ai tenté d’apporter de la nuance, parfois des correctifs. Mes amis ne sons pas des gens haineux, mais plusieurs font circuler de tels messages sans trop réfléchir. Lorsqu’ils sont mis devant une autre manière de regarder ce qui est en jeu, ils s’amendent souvent d’avoir contribué à diffuser l’intolérance.

Aujourd’hui, en préparant une activité visant justement le rapprochement entre les communautés musulmanes et catholiques de ma région, j’ai entendu des témoignages qui m’ont jeté à terre. Une enseignante d’une école primaire n’hésiterait pas à dire à des enfants issus de parents maghrébins qu’ils sont malpropres. Du coup, les élèves se mettent à les rejeter et à se payer leur tête. Pourtant, l’amie des parents concernés nous assure que ces enfants sont toujours bien mis et que l’hygiène ne fait pas défaut. Cette même amie nous dit ensuite qu’elle ne pourra plus vivre dans la région, considérant que ses enfants pourraient subir de l’intimidation raciste. Elle partira pour l’Ontario dès qu’elle le pourra. Au centre commercial de Chicoutimi, un homme, dans la trentaine, est passé tout près d’elle en lui disant: « sale race »! Une autre femme prend le relais et ajoute sa propre expérience toute récente: devant la Mosquée de Chicoutimi, un automobiliste a ralenti, ouvert sa fenêtre et imité le son du cochon pour ensuite filer à toute allure. Ces femmes sont toutes musulmanes. Elles portent le voile pour la plupart. Après le geste qu’on croyait être isolé contre la Mosquée, voilà que si l’on se met à les écouter, ces femmes racontent ce dont elles sont victimes. En tant qu’adultes, elles en ont l’habitude, mais lorsque leurs enfants sont des cibles potentielles, cela devient insupportable.

L’imam est établi dans notre région depuis 28 ans. Il est marié à une Saguenéenne et ont deux enfants. Il dit tout bonnement, « Je suis venu ici à Chicoutimi et je n’ai jamais eu aucune raison de partir. » Le président de l’Association islamique enchaîne:

Je suis ici depuis 35 ans. J’ai été marié pendant plus de 25 ans avec une femme d’ici. Nous avons eu deux enfants qui sont aujourd’hui des spécialistes dans leur profession. Nous n’avions jamais connu de problèmes comme ceux qui surgissent maintenant.

Aucun signe d’un Islam politique ici, mais malgré tout la peur et l’hostilité sont bien présentes. Mes collègues et moi, de « bons catholiques » d’ici, nous étions sous le choc et un seul mot nous envahissait : la honte.

Des torts irréparables

Je ne dis pas que le projet de charte du Gouvernement du Québec est responsable de tout cela. Mais il est clair qu’ici comme à Québec ou à Montréal, nous constatons une augmentation importante de ces gestes hostiles. En racontant toutes ces choses à une personne de ma famille qui n’a probablement jamais rencontré de musulmans de toute sa vie à Saguenay, celle-ci a eu cette réaction: « La charte, moi je suis pour. On se fait envahir, faut que ça cesse. » J’ai tenté quelques arguments, mais je n’avais pas le coeur à débattre, j’avais la nausée.

Il faut reconnaître collectivement que nous avons pris un mauvais détour. Au lendemain de la loi promulguant la Charte, croyons-nous vraiment que nous vivrons enfin en paix, après avoir remis tous ces étrangers à leur place? Rien n’est moins sûr.

Nous avons désiré ces immigrants parlant notre langue. Nous les avons séduits par des promesses que nous ne tenons pas, surtout au plan de l’emploi et de la reconnaissance de leurs qualifications. Nous leur avons dit que nous étions une société libre, l’une des plus accueillantes du monde. Et là, bang! Le message que nous leur envoyons est clair: « Nous vous accepterons pleinement seulement si vous cessez d’être différents, ou à tout le moins lorsque vous cesserez de montrer visiblement vos différences. »

Tout le chemin parcouru depuis 40 ans relativement à notre approche de l’intégration est actuellement mis au défi de sa vérité. Si les cultures qui s’intègrent à notre société d’accueil sont réellement considérées comme des richesses, pourquoi faudrait-il se priver de ce qui en constitue le coeur? La croyance religieuse est, pour celles et ceux qui en font le centre de leur vie, ce qui leur permet d’exprimer de la meilleure manière qui soit les valeurs fondamentales inscrites dans notre humanité. Les femmes et les hommes de foi ont construit des civilisations, élaboré des systèmes sociaux, des modèles de gouvernance qui ont marqué et qui demeurent bien ancrés dans nos coutumes, je dirais dans notre génétique socio-politique et culturelle! Rien n’a jamais été parfait, bien sûr, les personnes croyantes sont des humains « normaux » ! Mais leur demander de ne plus exprimer ce qui est soudé définitivement à leur identité revient à leur dire de taire ce qu’ils sont, tout simplement.

J’ai honte de ce que nous sommes en train de montrer de nous-mêmes. Nous, Québécois et Québécoises, sommes capables du meilleur et du pire. Je ne crois pas que ce qui ressort du contexte actuel soit le meilleur. Bien au contraire, ce n’est pas très « montrable ». J’ai toujours hésité à utiliser l’expression d’islamophobie. Je déteste l’impression de victimisation que génèrent tous ces mots finissant par « phobie ». Mais je dois me faire à l’idée, il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce que nous sommes à même de constater.

Éduquer, encore et encore, à l’ouverture

Notre rencontre d’aujourd’hui visait justement à organiser un événement qui permettra à la population de chez nous d’entendre des témoignages comme ceux que j’ai cités, mais plus encore pour apprendre à mieux connaître les femmes musulmanes qui vivent ici et qui sont l’objet de paroles et de gestes disgracieux. Si j’ai eu le goût de tout abandonner, considérant le gâchis qui incombe en bonne partie à l’approche rigide de notre gouvernement, je me suis vite ravisé parce que je suis désormais lié à mes nouveaux amis musulmans. Il nous faut donc oeuvrer ensemble à construire une société où les gens cessent d’avoir peur de l’autre ou de subir l’hostilité des autres, en nous donnant de plus en plus d’occasions de nous rapprocher et d’apprendre à nous apprécier… Non, vraiment, nous ne devons pas laisser la haine nous dominer.

20 réflexions sur “La haine n’aura pas le dernier mot

  1. Christine dit :

    Encore une fois mon ami tu parles avec beaucoup de sagesse… voyons-nous pas assez de guerres dans le monde? Je me sens concerner aussi à réfléchir sur ma manière de dire car…avec tous ces débats il est parfois pas facile de nuancer et de prendre position en lien avec cette fameuse charte des valeurs…merci de nous aider à mieux se respecter…

  2. Mylène Renaud dit :

    Mon allégeance se porte vers la position de la charte…et je ne pense vraiment pas être une personne raciste. Je souhaite seulement que notre province soit laïque. Les personnes qui émigrent au Québec savent sûrement que la laïcité est une valeur prônée par une majorité de Québécois. Depuis la révolution tranquille, la religion catholique à quitté peu à peu l’espace publique, mais personne ne m’empêche de vivre ma religion.
    Je suis pour la charte, et je ne suis pas raciste, je serais prête à militer pour les émigrants-émigrantes afin que ces gens puissent avoir accès aux mêmes droits que moi en matière d’emploi, à titre d’exemple.
    Si le débat sur la charte soulève du racisme, c’est qu’il était déjà présent chez ces personnes. Peut être que la charte à délier la langue des racistes, ce qui est vraiment désolant! Mais il ne l’a pas créé, ni favorisée…et d’un autre côté, ce débat public m’ouvre à l’apprivoissement de l’autre. Je ne souhaite pas être sur le registre des arguments autour de la charte…mais sur celui de la fraternité, celle qui permet d’entendre à partir du cœur.

    • Eddine dit :

      Bonjour, je suis content d’avoir trouvé quelqu’un qui est pour la charte et qui est capable de s’exprimer sans haine et/ou peur du different ou de l’inconnu. Ceci etant dit je ne partage pas votre opinion. Je comprends la position de la laicité au quebec et je suis tres en faveur de celle-ci. Cependant il ne faut pas perdre de vue la principale raison de son existance et son application. La laicité est la separation de la religion de l’etat pour ne pas obliger ses propres croyances religieuses sur les autres. Or, la charte propose de faire exactement le contraire. En fait, puisque nous n’avons pas tous les memes croyances (ou non croyance dans un autre point de vue) la laicite nous permet de fonctioner en socite avec des principes universels, partagés, communs et consentis par la majorité dans le but de proteger les croyance de tous et chacun. Contrairement a ce que certains semblent penser, lalaicité ne combat pas la religion mais loin de la elle protege l’ensemble des croyance, religieuses soient-elle ou pas, contre la domination d’une seule vision. Donc en resumé, je vois la laicité comme une protection a ma liberte religieuse et la charte vient fondamentalement a l’encontre de cette mission. 

      Mon deuxieme point est dans le meme sens que le premier. En quoi reglementer l’apparence des employés de l’état va-t-il aider a appliquer le principe de la laicité ou atteindre ses objectifs primaires? La reponse est claire : l’interdiction des « signes ostentatoires » ne beneficie aucunement a l’application de la laicité. La raison que j ai utilisé des guillemets est l’incapacité de certaines personne, parfois sans mauvaises volonté, de distinguer une pratique religieuse, protegée par tous les principes universels et internationaux, et a leur tete la laicité elle meme, d’une expression d’affiliation a une religion ou à une croyance quelquonque. Certe la premiere inclus la deuxieme. Cependant, on ne peut pas empecher un etre humain de pratiquer sa croyance tant et aussi longtemps que cette pratique ne porte pas atteinte a la croyance de l’autre ou tant que cette pratique ne va pas a l’encontre des valeur consenties par la socité. Si non, ca serait contraire meme au principe de la laicité. En autre terme, en quoi la personne portant la kippa, le foular ou le turban ou autre va-t-elle affecter les personnes qu’elle sert ou qu’elle rentre en contact avec? La reponse est aucunement. De plus, si demain je fonde une religion ou le port d’un chandail vert est un rituel, est ce que le gouvernemdnt va interdir tous les citiyens de porter un chandail vert? Voyons, cela sera absurde! Pour moi il l’est tout autant avec les pratiques religieuse deja existantes. 

      Mon troisieme et dernier point est l’application selective (pour ne pas dire hypocrite) du gouvernement de sa propre loi sur differents courants de croyance. En effet, il s’agit de l’exception de la croix. Ironiquement, le port de la croix n’est pas une pratique religieuse comme telle mais plutot un signe d’appartenance a un mouvement de croyance religieuse, celui de la christianté. Donc, si on voulais appliquer la charte textuellement, la croix serait le premier signe religieux a etre banni. Evidemment je ne vais pas etre aussi contradictoire dans mes arguments que le PQ, je ne suis pas pour l’abolissement d’aucuns signe ou pratique religieux. Je voulais tout simplement soulever ce point critique. De plus, je ne pense pas qu’une personne travaillant chez l’etat associe sa religion avec l’institution publique en portant des signes religieux ou en pratiquant sa foi. Ses signes ne reprensentent que lui ou elle, contrairemt à, et la vient la deuxieme contradiction et certainement hypocrisie, la croix au parlement. Celle-ci est clairement un signe de lien entre le christianisme et l’etat ce qui symbolise directement une supperiorite de cette religion sur les autres formes de croyances dans la socité. Logiquement, ceci est incontestablement anti-laique. Cependant, je ne veut pas enlever le crucifix de sa place car si je suis d’accord avec le PQ dans quelque chose, c’est que c’est un symbole du patrimoine national et historique du quebec et du canada. Apres tout il est mentionné dans notre propre hymne national. Nous ne voulons pas l’enlever de là non plus. Quoique, le PQ serait plus que ravi d’abbolir l’hymne national canadien avec tous ses versets au quebec lol. 

      Pour conclure, je pense que le but de la laicité est d’assurer une cohabitation amicale et paisible entre les personnes de differentes croyances tout en garantissant la liberte de TOUS de pratiquer leur croyance dans le RESPECT de la collectivité. La charte proposé, ou du moins la partie concernant les « signes ostentatoire » ne sert a realsier aucun de ces deux points. Elle va meme a l’encontre du fondement meme de la laicité. Je pense que le PQ utilise une strategie politique tres repugnante pour gagner a court terme quelque cote d’approbation. Cependant, je suis convincu que le peuple quebecois est beaucoup plus ouvert d’esprit que le PQ presume qu’il est. Malheureusement beaucoup de dommage a deja ete fait et ca prendra du temps et encore plus de temps pour se rattraper. Personnellement je fais confiance a ma societe pour y arriver. 

  3. Yvon Tremblay dit :

    Encore des racontars qu’on ne peut pas vérifier. Voyons une enseignante aurait dit. Ben oui! Moi, je me suis fait insulter par une musulmane parce que je la regardais, elle m’a traité de xénophobe et de raciste. Alors, est-ce vrai?

    • C’est bien possible que ce genre de choses arrive aussi. Nous avons besoin de nous connaître mutuellement, pas de nous fuir et de nous discriminer! S’il y a des gestes posés par certains musulmans qui peuvent conduire à leur rejet par la population, ne pouvez-vous pas reconnaître que nous leur rendons parfois… au centuple?

  4. Jocelyne Simard dit :

    J’étais présente à cette rencontre de rapprochement et je peux dire que les témoignages n’avaient rien d’une invention. Lorsque nous en arrivons à vouloir quitter une ville ou région ou province alors que son conjoint lui,demeurera ici parce qu’il a un travail bien rémunéré qu’il aime et sera gravement séparé de sa famille, là ne venez pas me dire que c’est un simple oui-dire. Et dites-moi je n’étais pas présente, mais comment était votre regard de cette musulmane? Question de perception peut-être! Tant qu’on a pas été en relation avec des personnes différentes de nous, on entretient bien des préjugés, des pré-opinions. Il ne s’agit parfois qu’un minimum d’ouverture pour oser poser les questions qui nous taraudent le coeur et l’esprit pour entrer en dilogue et faire part de ses opinions, tout en laissant l’opportunité à l’autre d’en faire tout autant. Entre nous bien des ressemblances qui peuvent friser l’intolérance ou faire des différences des lieux de richesses et de diversités à partager.
    Jocelune

  5. salem farid dit :

    oui ca se peut que ces histoires soient vraies .Mais je ne pense pas que ce soit du racisme .Je l’a mettrais dans la méconnaissance de l’autre .Mon exemple est une leçon à retenir :Moi la première Québécoise de souche qui m’a regardé un peu à travers en 1990 est devenue par la suite elle, son mari et ses enfants nos meilleures amies pour ne pas dire qu’on forme une famille solide maintenant .Dans leurs moments les plus durs on a été là et vis versa . Comment ? un peu le hasard mais aussi et en grande partie de mon premier pas vers l’autre .Le hasard est qu’on avait nos filles dans la même garderie et on avait pas le choix que de se rencontrer plusieurs fois .En plus nos filles de 3-5 ans s’entendaient bien .Donc à force de se regarder en silence on était obligé d’être poli . Le bénévolat pour certaines activités à la garderie ,les anniversaires des enfants et les sorties des enfants ont fait sauté la barrière !! on était obligé de se connaitre un peu plus .Petit à petit grâce aux merguez, couscous ,poutine ,pate chinois et d’autres plats séculents du terroir Québécois on est devenu des amis jusqu’à maintenant .On se partageait les bons et mauvais moments ..comme c’était une famille reconstituée ….on les a remarier il y a pas plus d’une année. On a été leurs témoins C’était touchant et beau..Non définitivement les Québécois et les Québécoises ne sont pas racistes et j’en suis convaincu. Un mot mal placé par quelqu’un oui j’en convient. Des fois c’est une approche maladroite de vouloir connaître l’autre mais c’est à l’autre de répondre par un sourire pas par une insulte .Une ouverture et des approches originales nous laisserons mieux vivre ensemble ….mais pour cela et dans la situation actuelle il faudrait mettre des balises entre la religion et la sphère publique .La religion doit être du domaine privé .Personne ne doit forcer l’autre à s’accommoder de quoi que ce soit quand on connait u peu de l’histoire du Québec .Par la suite le temps fera son affaire .

    • Je vous remercie de ce témoignage qui apporte sa contribution à l’importance des rapprochements plutôt que d’en rester à l’indifférence et à la peur. Ceci dit, le racisme demeure bien réel, même si ce n’est pas une maladie incurable, comme vous l’avez démontrée.

  6. Hier, j’écoutais Couillard raconter des anecdotes horrifiantes concernant des immigrants musulmans qui sont repartis ou qui veulent repartir à cause de l’ambiance malsaine qui règne ici depuis le début de ce débat. Dont un qui est parti se réfugier en France (!) et pense à aller s’installer à Toronto (!)… Pas besoin de spécifier le but de tout ça.

    Mais contrairement à cet intégriste de la tolérance et consorts, ces anecdotes horrifiantes ne me semble pas seulement une conséquence directe du projet de loi, mais bien AUSSI une conséquence de la réaction virulente à ce projet.

    Je ne défends vraiment pas les crétins qui attaquent dans la rue des musulmans, même qu’ils me font honte, mais c’est le résultat d’un débat qui ne laisse pas beaucoup de place à la nuance des deux côtés et braque les deux camps, ce cliché éculé : les immigrants versus les Québécois.

    Le crétin en question est seulement capable de voir que « les immigrants musulmans » se braquent contre la volonté des « Québécois » et en surface, c’est malheureusement ce qu’on lui présente.

    • Bien vu. J’ai lu votre texte sur l’intégrisme de la tolérance. J’admets volontiers qu’il y a de l’intégrisme dans tous les points de vue polarisés à l’extrême. J’en regrette les conséquences non pas sur les crétins, comme vous les appelez, mais sur les bonnes gens, celles qui sont malheureusement le plus souvent « gavées » malgré elles de tout ce que la société leur donne en matière de divertissements « en surface ».

  7. fem_progress dit :

    Ça m’a fait du bien de vous lire.

    Quand on attaque les chrétiens ou la religion en général, je dis qu’il existe des gens comme vous… car certains, devant cette situation, en profitent pour prétendre que l’athéisme militant (Hitchens, Sam Harris, Richard Dawkins…) est un progrès. Dès qu’on dit qu’on croit à une forme de divin, on est parfois cataloguéE comme fondamentaliste, malade mentalE, lâche etc.

    Pour la tolérance et la liberté de conscience et de religion et contre les raccourcis xénophobes… et les raccourcis de pensée en général.

  8. Ali Abdul dit :

    vous etes pour la charte pourquoi? letat est laique on le sait bien mais c pas une raison de nuire les emplois de ceux ki porte des signes religieux ca vous derange en quoi kel porte des signes religieux? c ce kel a ds la tete et non sur ki fait dune personne pro et competente de sa profession l Islam est une belle religion la plus belle de tous jen suis sur et certain ke personne a prit la peine de lire le Coran de sasseoir et de se poser des question c les medias ki vous ont fais un lavage de cerveau malheureusement c ca les quebecois aujourdhui des personnes naives keske vous allez dire au femmes quebecoise de souche CONVERTIE A LISLAM OUI JE LE REPETE CONVERTIE A LISLAM ?? retournez chez vouz?? elles le sont deja donc dans ce cas si letat est laique plus de noel plus de paques alors plus de fete plus de conge car on donne preference a une religion a une autre c pas un etat laique on donne la preference au chretien nous musulmans ont dis rien on veut nos conges comme les autres religions mais ca devient une guerre c ca le quebec aujourdhui ignorant . pour la charte pk?? les exclure pk? c ca le racisme exclure les minorites. pk c les femmes musulmanes ki prennent le paquet et les actes haineux ?? prenez le temps de lire le Coran sortez de votre ignorance et reveillez vous svp car un jour le temps va sarret et le jour de jugement arrivera et tout ceux ki ne croit pas en Dieu ce jour la vous allez avoir vos preuves. le quebec a peur de lislam car ils voient le monde se converti lisez le Coran et reveillez vous la charte cest une abomination du diable et c ca latheisme labomination du diable sur ce reflechissez et faites votre choix

    • Je vous suggère de lire mes autres billets et vous verrez que mon point de vue est beaucoup plus nuancé. Je ne suis pas pour la charte, pas celle-ci en tout cas… Quant à parler d’abomination, je vous suggère de prendre un peu de recul. Les gros mots ne font jamais bon ménage avec un débat honnête et constructif…

  9. Merci Jocelyn pour la clarté de ton exposé, la justesse de tes réflexions et de la sagesse avec laquelle tu réponds aux commentaires. Tes mots procurent lumière et paix.

    Moi aussi j’ai honte. Honte des manoeuvres du PQ, honte des manifestations d’ignorance et de mépris de trop nombreux Québécois, honte du silence d’un trop grand nombre, dont beaucoup de chrétiens, sur les mesures discriminatoires de cette charte. Heureusement, quelques voix se lèvent pour dénoncer cette infamie qui, quelques années seulement auparavant, aurait horrifié une majorité écrasante de Québécois. J’ai le vertige en constatant à quelle vitesse nous pouvons perdre nos repères tous ensemble.

  10. Pour ceux que cela intéresse : jemebranlelacervelle.com

    Dominique Noël, étudiant en droit et ex-militant péquiste, donne un aperçu de l’état d’esprit qui prévaut au Parti-Québécois :

    « Les péquistes – et il ne s’en cachent pas – prônent essentiellement un relativisme des droits et libertés. Certains d’entre eux vont jusqu’à dire que ce n’est pas grave si la Charte de la laïcité enfreint la Charte des droits et libertés de la personne, car la première modifiera la seconde. »

    Un point de vue que Dominique ne partage pas :

    « J’ai failli m’étouffer quand j’ai entendu ça.

    Je mets au défi le gouvernement de nous expliquer à quoi sert la Charte des droits et libertés de la personne si, dans le fond, elle peut être modifiée par simple loi de l’Assemblée nationale du jour au lendemain ? En quoi elle a un caractère supralégislatif ? En quoi permet-elle d’éviter la dictature de la majorité, de protéger réellement les droits et libertés, si, du jour au lendemain, l’Assemblée nationale pouvait décider de suspendre tous les droits et libertés, sans autre formalité ? »

    Je comprend très bien sa réaction et je partage son inquiétude. Quelle protection avons-nous dans un concept de relativisme des droits ? Que vaut la Charte des droits et liberté de la personne ?

    Le concept de relativisme des droits remonte, en ce qui nous concerne, à Oliver Wendell Holmes, Jr. (The Common Law – 1881). À ses yeux, la loi n’était basée que sur l’expérience collective et « c’est le vote de la majorité de la nation qui est la vérité qui peut effacer toutes les autres vérités ». La question était donc de savoir ce que le peuple voulait dans le moment. Holmes écrit: «Quand on doit établir un code de lois, la question ultime est de savoir ce que les puissances dominantes de la société veulent, et si elles le désirent suffisamment pour écarter toute opposition qui pourrait se dresser contre elles.»

    L’analogie avec la justification populiste du PQ est saisissante. La question n’est pas tant de savoir ce que dit notre Charte au sujet des droits et libertés de la personne humaine, ni de savoir ce que nos prédécesseurs ont voulu et pourquoi ils l’ont voulu, mais de savoir ce que la majorité de la population veut en ce moment.

    Francis A, Schaeffer, philosophe et théologien chrétien, réagit au concept (largement répandu) du relativisme des droits : « Cela signifie que d’énormes changements de direction peuvent être faits et que la majorité des gens ont tendance à les accepter sans question – peu importe à quel point ils sont arbitraires ou à quel point ils marquent une rupture par rapport à la loi du passé ou le consensus passé. (How Should We Then Live ? p. 218)

    En prenant exemple sur l’arbitraire du jugement sur l’avortement, en rupture avec tous les principes du passé, il émet le commentaire suivant :

    « Et si cet absolu arbitraire légiféré est accepté par la plupart des gens modernes, qui ont grandi avec l’idée qu’il n’y a pas d’absolu, seulement du relatif, qu’est-ce qui empêche que des absolus arbitraires à l’égard de questions telles que la limitation autoritaire de la liberté ne soient également acceptés, pour autant qu’ils seront estimés sociologiquement utile? Nous sommes laissés avec la « loi sociologique » sans aucune certitude de limitation. » (p. 222)

    Un absolu arbitraire (formule contradictoire) est un principe ou une valeur arbitraire prise comme absolu.

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s