La radio X: véhicule d’une culture chrétienne !

Je ne correspond sans doute pas vraiment au public cible de la radio X, celle où « on se dit les vraies affaires ». Dans ma région, il s’agit de KYK Radio (95,7). En général, je ne tiens pas beaucoup plus d’une minute sur cette chaîne avant de retourner à la chaîne publique ! Mais comme cette station m’avait offert une entrevue pour promouvoir une rencontre de discussion que je proposais sur le film « Des hommes et des dieux« , je me suis fait un devoir de l’écouter dans les heures qui précédaient. J’ai alors fait des découvertes plutôt déroutantes…

En route pour une réunion, ce mardi 21 mars vers 9h00, j’entends l’animateur parler de la longue entrevue qu’il a eu l’occasion de faire la veille avec un certain Marc-André. Il s’agit d’un homme dans la jeune trentaine, père de deux enfants et qui a combattu un cancer au cours des trois dernières années. Il a perdu son emploi. Pour s’occuper de lui, sa conjointe a dû démissionner quelque temps et son employeur n’a pas voulu la reprendre. Elle a donc dû changer d’emploi pour un salaire beaucoup plus bas. Le couple a perdu sa maison et a dû être hébergé chez les grands-parents. Bref, une sordide histoire comme on en voit encore beaucoup dans notre belle et riche société. L’animateur revenait donc sur cette entrevue et se disait vraiment ému par l’histoire de cette petite famille. Tout en déversant son fiel contre « les caves » ou « les crottés » qui ne savent pas mettre les priorités à la bonne place, il a exprimé la solidarité de toute l’équipe de la station envers Marc-André. L’équipe avait choisi de faire une collecte de fonds et invitait le public à y contribuer.

J’ai perçu dans cette histoire l’indignation devant une situation d’injustice, la compassion pour des personnes en difficulté, la solidarité en acte (qu’on appelait autrefois « charité ») et l’interpellation éthique… Il y a tout ça aussi dans ma foi catholique !

Au retour de ma réunion, le même jour, l’animateur est en discussion au téléphone avec un homme détenu en prison. La discussion passe au niveau de l’intime car l’animateur demande au détenu ce qu’il a fait pour se retrouver là. Il insiste sur les détails, demande à décrire ce qu’il a volé. Ensuite, il lui demande ce qu’il pense faire pour réparer les torts qu’il a causés à la société. Le détenu dit qu’il a pensé rembourser la franchise d’assurance au propriétaire des biens volés. L’animateur lui dit que c’est bien, mais insuffisant. La conversation se poursuit jusqu’à identifier des actions précises que le détenu pourra accomplir une fois sorti de sa prison, comme des travaux communautaires volontaires et du bénévolat.

Je perçois la recherche de vérité sur soi-même, la reconnaissance de ses fautes, le désir de réparer… Il s’agit pratiquement d’une confession, comme on le ferait en présence d’un prêtre… Confession, pénitence, il ne manque que l’absolution qui est presque venue avec la promesse de réparation !

À 12h45, on passe à l’entrevue que je dois donner à l’animateur du midi. M. Daigneault fait une introduction au thème de la discussion, le film « Des hommes et des dieux » et regrette que celui-ci n’ait pas été un si grand succès dans les salles de la région. Nous parlons ensuite de l’activité de discussion que je propose aux personnes touchées par le film et qui auraient le goût de partager avec d’autres. L’animateur se montre intéressé par la démarche et insiste sur l’importance de ces sujets dans notre société.

J’ai été touché par l’intérêt porté à la spiritualité, à la réflexion sur le sens de la vie, sur le choix de ces moines de rester en Algérie et d’y mourir au nom de leurs croyances. La recherche de sens n’est pas éteinte, au contraire !

Le lendemain, de nouveau en route vers une réunion, ma radio est toujours syntonisée sur 95,7. Au moment d’appuyer sur le bouton qui me ramènerait à ma station habituelle, j’entends l’animateur parler du Mouvement laïque québécois. Curieux d’entendre ce qu’il en a à dire, ayant moi-même un peu écrit sur cette organisation, je décide de rester à cette chaîne. Et l’animateur de tomber à bras raccourcis sur la démarche de ce mouvement qui prône la laïcité absolue, mais en s’en prenant exclusivement à tout ce qui s’appelle symbole ou manifestation catholique. L’animateur fait une énumération impressionnante de situations d’accommodements raisonnables autour d’une multitude d’autres communautés ethniques et religieuses qui ont des incidences dans la sphère publique, que ce soit les écoles, la fonction publique, la police, etc. Et il conclut que le Mouvement laïque québécois n’a pris aucune position en regard de tous ces faits. Par contre, il lutte agressivement contre toutes les traditions catholiques. Et l’animateur de dire (de mémoire)  « les catholiques, c’est nous autres, c’est nos traditions » !

Cet animateur a dit des choses qu’un évêque ou un prêtre catholique (ou même un maire affichant ses croyances) ne pourrait pas dire dans notre société sans se faire attaquer et menacer. La défense des valeurs et du patrimoine religieux et des expressions de la foi dans une société laïque, l’incitation à un traitement juste et équitable envers toutes les religions, sont des positions que l’Église catholique a fortement défendues, notamment dans le message du pape Benoît XVI à l’occasion du Nouvel An.

Loin de moi l’idée de récupérer les différentes situations identifiées dans ce billet pour coller une étiquette de « chrétiens » sur les animateurs de cette station de radio que je ne connais pas. Je prends conscience cependant que dans la manière d’être de mes concitoyens, les racines chrétiennes sont toujours bien perceptibles quand on se donne la peine d’y réfléchir et surtout quand on se met à l’écoute des gens au-delà de leurs manières de s’exprimer qui peuvent parfois paraître difficiles à entendre. Je remercie donc les animateurs de KYK Radio qui, dans les épisodes radiophoniques que j’ai rapportées, m’ont donné un éclairage et une vision que j’aurais avantage à écouter d’une manière plus ouverte et plus authentique. Et ça, on appelle parfois cela un chemin de « conversion »…

9 réflexions sur “La radio X: véhicule d’une culture chrétienne !

  1. Céline dit :

    Je ne suis pas amateur de station de radio. Les « blabla » des animateurs m’ont toujours donné de l’urticaire ! mais en lisant ce blogue, je serais tentée d’écouter ces « blabla » qui ont du sens… qui font sens dans nos vies « d’étourdis confortables » !
    Merci pour ton commentaire et bravo aux animateurs de cette station KYK: longue vie !

  2. J’ai parfois été invité à ces émissions et c’est vrai ce que vous dites. Il y a plus d’ouverture à notre culture religieuse qu’on pense. Les gens ont soif de spiritualité. À nous de proposer la foi chrétienne qui nous anime en étant vrais, authentiques, chaleureux et humbles. C’est le témoignage des moines de Tibhirine, et il me semble que le film connaît un succès au Québec, comme ailleurs. J’en avais déjà parlé sur mon site Web et à l’émission C’est ça la vie de Radio Canada.
    http://www.jacquesgauthier.com/emission-cest-ca-la-vie/des-hommes-et-des-dieux.html

  3. Pierre Couture dit :

    Pas d’accord. Je sais, ça prend toujours un mouton noir. Ce que je comprends du mouvement laïque, c’est que l’espace ¨publique se doit d’être laïque pour les musulmans, les juifs, les chrétiens etc,. Si des leaders ont accepté des accomodements, ça ne veut pas dire que c’est le mouvement laïque. J’aime bien Amir Khadir mais il défend le port de la burka pour une employée de l’état musulmane. Je dis non, une employée d’un service publique au québec, doit travailler à visage découvert, c’est tout.

    Les églises sont vides, il n’y a plus de prêtes, la prière et certaines traditions catholiques ne sont plus importantes. Les centres d’achats sont pleins, on consomme, on aime les loisirs, on fuit la pauvreté. Le mouvement laïque n’est pas responsable. C’est un changement de société qui s’est opéré sur plusieurs années. Nous en sommes tous responsables. La spiritualité existera toujours, les croyances, la façon de l’exprimée changera continuellement et c’est ce qu’on appelle la vie.

    Nous avons besoin de témoins. Pas de moralisateurs qui nous disent quoi faire mais des témoins qui agissent avec congruences et qui n’ont pas peur de montrer qu’ils sont aussi des êtres vulnérables.

    La religion a toujours pignon sur rue au Québec.

    • Je ne veux pas, ici, faire la critique du Mouvement laïque québécois. À mon avis, en choisissant la voie des poursuites juridiques plutôt que le débat politique, il s’est enfoncé dans des situations qui nourrissent le pouvoir des tribunaux plutôt que d’enrichir la démocratie. Je pense que le Gouvernement ne prend pas la chose au sérieux et laisse les choses se dégrader plutôt que d’avoir le courage d’encadrer la laïcité qui serait « la nôtre », tenant compte de nos origines et de l’ouverture nécessaire à toutes les cultures, tout en garantissant une totale impartialité de l’État et des services publics. Si le législateur (le Gouvernement), après la commission Bouchard-Taylor, avait promulgué une loi qui serait somme toute relativement simple, nous n’en serions pas à assister à des combats devant les tribunaux et à prendre partie les uns contre les autres. Les tribunaux divisent, il ne rallient jamais. L’erreur du Mouvement laïque est là, je pense. Et maintenant, ce qu’ils reprochent à ceux qui doivent se défendre contre les poursuites, ils le font eux-mêmes en demandant au public de payer pour leurs frais juridiques… Ça va nous conduire jusqu’où tout ceci ? Il me semble qu’il y a tellement de causes justes à financer que nous pourrions bien nous passer d’avoir à faire des dons pour engraisser ceux qui gravitent autour du pouvoir juridique ! À l’État de faire son travail : pacifier en choisissant la voie du milieu et en réduisant les extrémismes… Y a-t-il un membre du Gouvernement dans la salle ?

  4. Pierre Couture dit :

    Je vais faire du coq à l’âne. Il y a plusieurs années, j’enseignais au Roseau. J’étais titulaire d’une classe de jeunes vivant avec une déficience intellectuelle. On a travaillé fort pour permettre à nos élèves d’être intégrés à la vie de l’école. Pendant une récré, j’ai surpris un groupe de jeunes qui crachaient sur un de nos élèves trisomique. J’étais fâché, ce jeune était très vulnérable et j’ai juré qu’il y aurait réparation. J’ai dit aux coupables qu’ils devaient rétablir le lien de confiance avec notre jeune. Il s’occuperaient de lui pendant les récré, ils viendraient à tour de rôle l’aider à s’habiller pour la récré, ils viendraient passer du temps avec lui dans la classe et ils allaient accepter notre jeune ami dans leur gang. En plus, ils devraient s’excuser à notre élève. L,histoire finit bien. Les jeunes on compris, on a eu une rencontre pendant laquelle les jeunes se sont excusés, ils se sont même cotisés pour acheter un poncho à notre jeune ami, signe qu,il faisait maintenant parti de la gang. Après ça, On savait qu’au Roseau on écoeure pas un élève de Pierre.

    Entre temps, avant la fin heureuse, j’ai reçu des téléphones de menaces d’adultes, j’allais perdre ma job, j’irais devant les commissaires, il serait mieux pour moi d’arrêter mes démarches, j’étais un prof pour les débiles pas pour les jeunes ordinaires. Mon directeur m’a même demandé d’arrêter. Il n’en était pas question. Étrange, plusieurs d’entre eux étaient de bon catholiques.

    Si vous avez l’occasion, visionnez le documentaire maudits fous. Le deuxième épisode est intéressant. Denia Lazure, alors jeune étudiant en psychiatre, avait des différences d’opinions avec la mère supérieure qui administrait l’hôpital psychiatrique. Denis Lazure dénonçait certaines pratiques qu’il jugeait abusives envers les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou une déficience intellectuelle. Denis Lazure a dû terminer sa formation dans le système anglophone. Il était personna non grata dans le système francophone. Lorsqu’il a demandé à mère supérieure des explications, il a eu droit a vingt minutes de silence. Il a plaidé sa cause mais il était cuit. Des psychiatres, à cette époque fin 50 début 60, parlaient de sexualité avec leur patients, ils demandaient aussi que des crucifix soient enlevés. Il y en avait partout. Ils étaient traités de représentants de santan et de communistes. Alors quand j’entends un certain leader politique faire l’éloge du québec d’avant les années 60, j’avale croche.

    Je suis à l’arche en 1982, je me prépare à partir en Inde. Je rencontre un prêtre de l’arche pour une confession et une discussion. Il me dit que je fais parti du grand plan de Dieu sur cette terre et dans la phrase suivante il me dit de faire particulièrement attrention aux femmes indiennes qui pourraient me détourner de ma voie. Je vous jure, j’ai fait particulièrement attention aux femmes indiennes. Comment peut-on parler du grand plan de Dieu et dire que la femme peut être un obstacle à ce grand plan dans la même discussion ?

    Je l’avoue, je suis catholique non pratiquant et je n’ai pas l’intention de le redevenir.

    • Merci Pierre pour ce témoignage. Je suis d’accord avec tout, entre autres : c’est pas parce qu’on est catholique qu’on est parfait! Loin de là… Il y a une différence entre l’enseignement de Jésus : la non-violence, le respect de l’autre quel qu’il soit, l’accueil inconditionnel, la non-condamnation, l’interpellation au dépassement, la recherche de la paix, les invitations à la réconciliation et à l’authenticité… mais aussi parfois la dureté de ses idées, notamment en ce qui regarde l’hypocrisie des uns et des autres, l’enfermement des riches, le désir de justice, etc. Il y a un très petit nombre de chrétiens qui ont correspondu à peu près à cet idéal. On ne peut jamais juger les autres à partir de cet idéal, mais à partir de sa propre incapacité à atteindre l’idéal. En cela, nous partageons une humanité commune. Personnellement, je ne ferai jamais l’éloge d’un système qu’il soit des années 1960 ou bien 2060. Dans toute culture humaine, il y a du pas si pire et du meilleur, le tout se mélangeant au point où parfois on n’arrive plus à les distinguer ! L’Église, comme institution humaine, ne passe pas à côté de cette règle. Ceci dit, pour avoir vécu à un niveau très petit, dans l’Arche, je sais qu’on peut réaliser de grandes choses en partageant une vision commune. Pour ma part, la vision que je retiens comme la plus élevée qui soit, c’est celle que propose Jésus encore aujourd’hui. Vouloir le suivre est déjà un point de départ. Mais je me tromperais souvent sur la route. J’entraînerai sans doute des gens dans l’erreur ou « hors du plan de Dieu », tout simplement parce que la Vérité n’est jamais à ma portée, elle est toujours devant moi et échappe constamment à toute emprise. Voilà pourquoi je pense qu’il vaut mieux la chercher ensemble, qu’on soit d’une religion ou non, d’une croyance particulière ou non.

    • Bonjour Véronique. Merci de lire et commenter. Je n’ai pas voulu faire une critique de la radio X, je me suis même franchement bridé pour ne pas le faire… Comme ailleurs dans ce blogue, j’ai tenté de chercher des aspects positifs et en cherchant un peu, on en trouve. Si nous sommes tous deux d’accord pour voir à la radio X des reliquats de la culture chrétienne du temps de la chrétienté, c’est-à-dire lorsque la foi chrétienne et la culture occidentale ne faisaient qu’un, alors il va de soi qu’on y trouvera également ses pires manifestations, comme un sens aigu de « se faire justice ». En ce sens, les animateurs de la radio X se donnent vraiment une identité de « justiciers », mais leur justice est loin d’être en tout temps celle de la foi chrétienne, mais plutôt celle des films d’action hollywoodiens ! La vengeance n’est pas chrétienne… le Christ s’est laissé assassiner sur une croix en pardonnant à ses bourreaux. Le film « Des hommes et des dieux » en est une actualisation moderne, avec des faits réels, dans lequel sept moines qui ont donné leur vie ne la reprennent pas au moment où ils pourraient se lever contre la mort qui les attend. Merci encore.

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s