La foi des étudiants

Par défaut
Pour la justice et l'équité

Crédit photo: La Presse canadienne

Pratiquement tout a été dit ou écrit sur les manifestations des étudiants contre la hausse des « droits » de scolarité au Québec. Tous les arguments peuvent facilement être trouvés, énumérés, expliqués, défendus. Je n’ai rien d’autre à ajouter que mon appui personnel au mouvement qui perdure et qui montre un aspect de la jeunesse jusque là assez peu manifeste, du moins pour un observateur de ma génération, soit sa capacité de s’engager et de se montrer solidaire.

Le sociologue Guy Rocher, considéré par tous les sociologues formés depuis 40 ans comme un grand maître du domaine, a pris la plume pour exprimer clairement ce qui marquera sans doute les consciences dans les prochaines décades, lorsque l’on reviendra sur les événements actuels.

« Je suis très impressionné par le fait qu’il y a en ce moment, dans le milieu étudiant, un assez grand nombre de personnes qui partagent le même point de vue, la même opposition, la même résistance aux politiques actuelles. À cet égard, c’est novateur », a-t-il conclu. « C’est révélateur d’un changement d’attitude dans une partie de la jeunesse, qui voit dans la hausse des droits de scolarité autre chose que seulement la hausse des droits, mais qui voit aussi des politiques sociales et une conception de la société à changer. » Une société qui aurait tout intérêt, selon lui, à être de cette «lutte juste» qui n’est pas celle de la «juste part». (Source, voir à la fin du texte)

Et Lise Payette de renchérir jusqu’à « voter » Guy Rocher:

La hausse des droits de scolarité, imposée par le gouvernement Charest, ne serait acceptable que pour les étudiants issus de milieux aisés. Tous les autres qui risquent de s’endetter encore davantage pour mener à terme des études qu’ils auront choisies, seraient placés devant des choix difficiles qui représentent une injustice dans notre société. Moi, je vote Guy Rocher. (Source)

L’Évangile et la justice

Une autre lettre, sans doute moins relayée par les uns et les autres, publiée dans Le Devoir du 7 avril dernier, nous entraîne à considérer des éléments d’inspiration qui ne sont pas sans rappeler un certain Galiléen:

Ce que nous percevons dans le mouvement étudiant, c’est le surgissement d’un questionnement fondamental sur ce qui nous relie les uns aux autres. Car loin d’être seulement une question d’argent, les demandes des étudiants se réfèrent à la justice sociale, aux valeurs collectives, à la critique de l’individualisme néolibéral. Elles en appellent au bien commun et à l’équité entre les générations. (Source)

Les sept jeunes auteurs n’hésitent pas à établir les liens entre ce qu’ils voient dans le mouvement étudiant et l’inspiration qu’on peut trouver dans l’Évangile. C’est justement cette dimension qui m’apparaît intéressante dans le mouvement actuel. Je sors à peine d’un Forum ouvert réalisé en trois soirées dans ma région autour de la génération Y. Les quelques 70 participants ont généralement reconnu qu’il existe un réel fossé entre les jeunes et les générations plus âgées. Celles-ci ont même exprimé une certaine détresse à constater l’absence apparente d’un besoin chez les plus jeunes de recourir à eux, à leur expérience, à ce qu’ils aimeraient transmettre aux générations nouvelles. Les différentes études montrant les caractéristiques de la génération Y ne pointent pas forcément vers la tendance à l’engagement, à la militance, même si on voit aussi beaucoup de jeunes s’investir dans des activités humanitaires et écologiques.

Ces mêmes personnes issues de générations plus éprouvées par le temps, ont aussi été majoritairement confrontées à l’enseignement de Jésus à travers une fréquentation assidue de la pastorale scolaire, des mouvements d’action catholique, des homélies du dimanche. Pour ces personnes dont je suis, l’Évangile de Jésus-Christ est une bonne nouvelle tout d’abord pour toutes celles et ceux qui luttent pour la justice (voir Matthieu 5,6). Depuis le printemps arabe, les marches des peuples grecs et russes, le mouvement mondial des indignés et maintenant la lutte pacifiste — non sans raté — que mènent les étudiants québécois, il y a quelque chose de frais qui circule, une brise qui fait du bien. Pour les affamés de justice, cette grève a comme un goût de lait et de miel, une saveur de terre promise. Tout n’est pas exempt de failles, de quêtes égoïstes ou de marques d’irrespect. Mais en général, pour un récent cinquantenaire comme moi, cette persistance des jeunes à réclamer la justice, le souci du bien commun, des valeurs sociales qui bâtissent une société et son avenir notamment par un accès pour tous à l’éducation, est une source de joie.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice ! Heureux, non pas ceux qui sont repus, ceux qui se cramponnent à leurs illusions et à leurs privilèges, ceux qui n’attendent rien des autres, rien de Dieu. Mais heureux ceux dont toute la vie est habitée par la passion que l’homme soit debout et que le monde réussisse. Ceux pour qui le combat de la justice est l’expression de leur fidélité à Dieu. Ceux qui n’ont pas peur de prendre des risques. Ceux qui ne se contentent pas du froid équilibre des droits. Ceux qui livrent la justice à la miséricorde de Dieu. (Source)

Les auteurs contemporains de la lettre du 7 avril disent en mots d’aujourd’hui la même chose:

[À la suite de Jésus], il nous revient donc de mettre en place et de maintenir les conditions d’une solidarité soucieuse des plus pauvres, des plus fragiles et des plus vulnérables. C’est là une des interpellations radicales que nous discernons actuellement au coeur du mouvement étudiant. Un mouvement qui nous convie à remettre en question le fatalisme économique et politique, afin de recommencer à croire en notre capacité de faire des choix collectifs porteurs d’avenir, d’égalité et de liberté pour toutes et tous.

Après avoir discerné moi aussi les signes qui sont perceptibles dans le mouvement actuel, je comprends mieux pourquoi les jeunes peuvent ne pas sentir le besoin de la foi ou de l’expérience des plus anciens. Ils sont capables, par eux-mêmes, d’expérimenter ce qui, dans leur humanité, est de l’ordre des forces de vie qui conduisent à plus de justice. Qui dit plus de justice, dit aussi plus d’amour, en acte. J’ai confiance en cette génération pour ce qu’elle est en train de nous montrer.

Je dis donc bravo aux étudiants et à tous ceux et toutes celles qui les supportent. Il y a de la foi dans l’air! Une foi dans l’avenir, une foi dans la cause, un espoir que le monde peut retrouver un peu de solidarité et d’imagination au service du bien commun dans ce qui se passe ici et maintenant. Et si la foi, dixit Jésus, peut déplacer des montagnes, alors pourquoi ne pourrait-elle pas aussi ébranler une tour d’ivoire où se sont réfugiés des élus, une ministre et un premier ministre… Moi, j’y crois.

_______

La citation qui suit était dans mes courriels du jour au lendemain de la publication de cet article. Il me semble qu’elle est tout à fait dans le ton. Je vous l’offre simplement.

Je crois que la jeunesse, avec son désir d’authenticité, de générosité et d’accueil, peut apporter des remèdes au désespoir et au matérialisme du présent, à cette recherche de confort et de jouissance. Elle aura le dynamisme et l’appel pour créer des communautés de paix et d’espérance, très profondément unies, qui peu à peu, de l’intérieur, changeront notre société. Jean Vanier, Ouvre mes bras, Fleurus, p.9

réponses "

  1. Bravo Jocelyn

    Je partage ton jugement sur cette génération montante. Elle nous prouve que l’étiquette d’individualiste n’est pas nécessairement approprié. J’espère que ce mouvement collectif contribuera à la politiser et ranimera leur participation aux prochaines élections. Tout à coup qu’un jour elle nous donnerait un pays. Ça prouve qu’il n’est pas obligatoire de se réclamer de Jésus Christ, les valeurs de l’Évangile étant la base de toute justice humaine. Je crois cependant que la foi chrétienne peut donner dans la persévérance et l’espérance.

    Merci d’alimenter si bien nos réflexions.

    Jean-Pierre

  2. Bon, je dois dire qu’un côté de moi admire l’enthousiasme et surtout la bravoure et la foi des étudiants en leurs convictions, en défiant le gouvernement pour ce qu’ils croient juste.

    Cependant, les actes de violence récents et l’entêtement de certains des dirigeants à ne pas vouloir dénoncer cette violence me répugne. Ils se conduisent comme des petits coqs syndicaux et vont perdre ainsi l’appui de la population.

    Tout comme J.-Pierre Contant ci haut le mentionne, il faudrait qu’il ranime leur participation aux prochaines élections provinciales car les jeunes sont la tranche de la population la plus faible en fait de participation, pourtant voilà un moyen pour eux de clamer haut et fort leurs désaccords avec ce gouvernement!

    Jocelyn , vous dites:
    « Je dis donc bravo aux étudiants et à tous ceux et toutes celles qui les supportent. Il y a de la foi dans l’air! Une foi dans l’avenir, une foi dans la cause, un espoir que le monde peut retrouver un peu de solidarité et d’imagination au service du bien commun… »

    Dans un monde idéal, je serais totalement d’accord avec vous, quoique j’admire comme je l’ai dit leur enthousiasme et leur ténacité.
    Mais le problème est qu’ils ne gagneront pas, car veut veut pas, cette gratuité pour tout ne peut pas durer et que ce soit ce gouvernement ci ou un autre, un jour ou l’autre il va falloir que l’on paie tous, et cela concernera toutes les bénéficiaires de tous les programmes dans ce choix de société que l’on a fait mais qui ne pourra pas continuer. Éducation, Santé, Énergie, Économie, Culture, Travail, Pensionnés, Programmes sociaux, Soins aux gens âgés, handicapés, bénéficiaires de l’Aide Sociale, j’ai bien peur que le portefeuille ne soit vide et qu’il n’y aura pas assez de payeurs de taxe dans la société vieillisante que nous connaissons et il faudra passer le grand couperet….

    Alors à vouloir tirer toute la couverture sur eux et se balancer des autres qui restent à découvert, les étudiants ici jouent le même jeu que tout le monde qui veut sa part du gâteau.
    Et je ne crois pas vraiment que ce soit une attitude réaliste!

    • C’est bien certain qu’on ne peut pas juste demander la gratuité sans qu’il n’y ait un remaniement complet de la gestion des fonds publics. Ce que nous demandons, c’est justement ce remaniement. Tous les millions qui servent à payer les salaires outranciers des recteurs et leurs prime de départ, à financer un amphithéâtre ou un Plan Nord qui en bout de ligne, ne rapportera qu’aux grandes entreprises qui croulent déjà sous l’argent; tous l’argent sale qui passe d’une main à l’autre dans les scandales de la construction (ou des commandites); ces fonds publics, s’ils étaient mieux gérés au lieu de servir à graisser la patte des riches et des nantis, pourraient être injectés dans les programmes sociaux que vous citez, y compris dans l’accessibilité aux études.

      C’est une lutte pour l’égalité et la solidarité qui s’amorce avec la grève étudiante et les manifestations, et j’espère qu’elle ne s’arrêtera pas à la gratuité scolaire.

      • Marie-Claude, je suis de tout coeur avec ça et je comprend la frustration face aux salaires et primes de départ faramineux, aux bonis donnés en récompense à certains recteurs, chef d’entreprise ou de départements comme primes au rendement, alors qu’il n’y a pas du tout eu un bon rendement!
        Mais je ne vous entend pas parler des violences de certains manifestants, des bris aux biens publics et mises en danger de gens innocents, ce dont je parle en haut et le fait que certain porte-parole des associations étudiantes refusent absolument de dénoncer ces gestes faits par une minorité c’est sûr, mais qui nuisent aux étudiants plus qu’autre chose.

        La violence est non acceptable et non négociable, c’est ce que je veux entendre.
        Autrement, je ne peux respecter des associations qui ferment les yeux là-dessus!

        • On n’a peut-être pas entendu la même chose alors! Moi ce que j’ai entendu, c’est les leaders des associations dire que la violence et les débordements étaient déplorables et qu’ils ne les encourageaient en aucune façon.

          Ceci dit, il ne faut pas oublier que cette violence est le symptôme d’un trop plein de ras-le-bol devant tout ce qui se passe. Et ce trop plein là, il est difficile de le museler tout en gardant l’ardeur des étudiants intacte. Je partage cette position. Je n’encourage pas la violence, mais je ne la condamne pas non-plus. Elle se comprends. D’autant plus que, contrairement à vous, je n’ai entendu nulle part que des gens innocents eussent été en danger. Des ponts bloqués (ou le métro), quelques bris matériels, oui. Mais pas de vie humaine en danger, ni de risque de blessure, sauf peut-être, du côté des étudiants eux-mêmes, devant les bombes lancées par les policiers, qui coûteront peut-être un oeil au jeune Francis Grenier.

          De plus, vous savez sûrement que les manifestations sont souvent infiltrées par des agitateurs professionnels qui savent bien utiliser la fougue des jeunes et mettre le feu aux poudres. Après, c’est facile pour les médias (qui appartiennent à des conglomérats dont les poches profitent directement de la mauvaise gestion des gouvernements) de cibler ces débordements pour donner une mauvaise publicité à tous le reste du mouvement.

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s