La vie en 2016…

24917287-happy-new-year-2016-replace-2015-concept-on-the-sea-beach-stock-photoLa vie en 2016
ne sera pas bien différente
de la vie en 2015 !

Nous rencontrerons des défis semblables,
par exemple :
l’arrivée d’un enfant
et tout le chambardement qu’il provoque;
la maladie de certains proches ou la nôtre;
des accidents de vélo, de voiture,
de sport ou simplement en marchant;
l’échec d’un amour, la négociation
pour la garde partagée;
les tensions avec notre voisinage
ou avec des membres de notre famille;
la perte d’un emploi ou une situation
prolongée de grève ou de lock-out;
un déménagement dans une situation complexe
ou une maison qui ne se vend pas;
la perte d’un être cher et le deuil à faire.

Il y aura aussi
de l’intimidation dans nos écoles;
des overdoses de drogue;
des batailles de gars ivres
ou des abus, viols et meurtres;
des excès de consommation
et de l’endettement qui vient avec;
des détournements de fonds publics,
et la corruption chez certains de nos élites;
du racisme et de la xénophobie;
des positions pour et contre tout
et des coups en bas de la ceinture
en lieu et place de débats rationnels;
des attentats terroristes
et les privations de liberté en hausse;
des manifestations voulues pacifiques,
mais réprimées dans la violence;
des catastrophes naturelles
et d’autres tragédies provoquées
par les humains;
et surtout toutes ces guerres,
des populations prises en otage,
bombardées, déplacées,
n’aspirant plus qu’à trouver refuge,
après avoir abandonné tout espoir.

Il y aura aussi, c’est tout aussi certain :
des retrouvailles et des réconciliations
longtemps attendues;
des élans de solidarité
face à la misère des proches;
des déclarations d’amour
qui ouvrent au bonheur possible;
des familles reconstituées qui redonnent aux enfants
un contexte favorable à leur développement;
des interventions efficaces
pour contrer toute forme d’intimidation;
des coming out libérateurs
au sein de communautés inclusives;
des témoignages vibrants pour dire
qu’autrement est mieux
et qu’essayer en vaut la peine.

Et partout dans le monde,
nous serons témoins de la générosité
et de l’ingéniosité de frères et de sœurs
en humanité pour combattre
les poussées des ténèbres,
dénoncer les injustices,
accueillir les réfugiés,
obtenir des droits
pour celles et ceux qui en sont privés;
et pour laisser surgir le goût de la vie
bonne, juste et paisible pour tous.

En 2016, la vie ne sera pas différente,
mais chacune et chacun de nous
pourra l’être un peu si,
en mettant un peu plus en avant
l’espérance plutôt que le découragement;
la générosité plutôt que le repli sur soi;
l’amour de la différence
plutôt que du semblable exclusivement;
nous nous mettons davantage ensemble,
déterminés à bâtir un avenir
réellement meilleur pour nos enfants
et toutes les générations qui nous suivront.

cultivons-la-paixAlors,
puisque 2016 ne sera pas très différente de 2015,
je vous souhaiterai donc des vœux tout simples :
que la vie vous accorde la force,
le courage et la résilience
pour affronter tous les passages difficiles
qu’elle vous présentera,
en particulier
ceux qui paraîtront sans issue;
quelle vous procure des moments de fierté
pour vos accomplissements personnels
et pour vos réussites de groupe;
qu’elle vous donne d’être entourés
de gens aimants, capables d’attention
tout autant que réceptifs à la mutualité;
qu’elle vous apporte au fond du cœur
la certitude que la paix
est la richesse la plus féconde
et la conviction que votre mission
est d’y travailler sans relâche,
auprès de toutes les artisanes et tous les artisans
de paix qui œuvrent en ce monde.

Oui, en 2016, plus de paix!

Advertisements

Qu’elle soit, celle-là, vraiment bonne!

Fin du monde

2012 sera peut-être l’année de la fin du monde! C’est aussi l’année de mes 50 ans. Une fin du monde pour ses 50 ans, c’est assez saisissant. Mais puisque mon espérance de vie devrait s’approcher du double, je trouve que c’est plutôt embarrassant que la fin du monde m’empêche de vivre plus longtemps!

Depuis le film 2012, une grande partie de la population terrestre estime possible que cette nouvelle année soit la dernière de l’histoire. Il suffit de consulter les blogues de fin du monde sur Internet pour s’en rendre compte. Ainsi, le 21 décembre serait le dernier jour qu’il nous soit donné de vivre. Et si c’était vrai? Jouons le jeu, voulez-vous?

Si 2012 est la dernière année, est-ce que je souhaiterais à tous mes proches les mêmes bons voeux habituels? « Bonne année, bonne santé et prospérité! » Que vaut la santé, si c’est pour que tout s’arrête? Que vaut l’argent, si c’est pour n’avoir pas le temps de le dépenser? Ne reste plus que “bonne”. Ce serait quoi, alors, une bonne année de fin du monde?

Si cette année était la dernière…

… Je la voudrais d’abord consacrée à la réconciliation et aux retrouvailles. Il y a plein de gens dans ma vie que je n’ai plus revus depuis longtemps. Certains, pour des raisons, finalement, assez banales, d’autres parce que nos routes se sont séparées. J’aimerais revoir toutes les personnes que j’ai aimées et appréciées, celles aussi qui m’ont fait suer (ou ch..). J’aimerais leur dire que leur passage dans ma vie a contribué à faire de moi ce que je suis. Mon coeur continue de porter tous ces visages qui se rappellent à moi parfois.

… Je la voudrais aussi la plus généreuse possible. La bonté est une attitude extraordinaire que nous avons parfois tendance à réserver pour plus tard! C’est donc maintenant qu’il faut se montrer magnanime, bienveillant, non seulement à l’endroit de celles et ceux qui nous sont proches, mais également envers les plus rébarbatifs! Si la fin est proche, alors cela devrait être plus facile de se dépouiller un peu. Pourquoi ne pas essayer?

… Je voudrais enfin – oh ! pas très longtemps – voir la paix régner sur terre. La paix n’est-elle pas l’une des aspirations les plus profondes de l’humanité? Si la fin est proche, n’est-il pas temps de remettre à plus tard nos velléités, nos rancoeurs, nos passions déchirantes, nos envies de posséder ou de nous approprier indûment ce qui est à d’autres, nos instincts de vengeance et de punition? Goûter à la paix ne pourrait-il pas ressembler à “pouvoir se vivre à la fois totalement vulnérable et en toute sécurité” (cf. Howard Thurman)?

… Enfin, je voudrais qu’elle soit reconnaissante envers tous les gens qui ne recevront jamais ou si peu de gratitude: tous ces prix Nobel de la paix qui accompagnent des gens en perte d’autonomie, en fin de vie ou en mal de vivre, ou qui font simplement rayonner un peu de bonté autour d’eux; tous ces compagnons de l’Ordre du Canada qui ont changé des vies et le visage de notre pays par leur travail quotidien, leur sens de la famille, leur implication au sein de leur collectivité; tous ces grands officiers ou grandes officières de l’Ordre national du Québec qui ont atteint l’excellence en vivant chaque jour leur vie du mieux qu’elles le peuvent, en se souciant de rendre le monde un peu meilleur parce qu’elles lui ont donné le meilleur d’elles-mêmes. Oui, si la fin du monde est proche, il vaudrait mieux ne pas l’attendre pour dire tout ce qu’on pense de bien à celles et ceux qui ont un quelconque mérite, à commencer par celui d’exister…

Pour la suite du monde

Mais si cette année n’est qu’une année de plus, alors il est certain qu’elle verra son lot habituel de conflits armés, surtout dans des pays qui auraient tant besoin de trêves; ses nombreuses famines avec un milliard d’humains qui vivent avec moins d’un dollar par jour; ses cataclysmes meurtriers; et la propension toujours plus grande à la peur qui se développe chez nous comme ailleurs, conscients que nous sommes de la convoitise que nous engendrons dans les autres parties du globe, etc.

Oui, si cette année ne devait être qu’une autre année qui succède à la précédente, alors il ne nous resterait plus que de souhaiter qu’elle soit vraiment bonne… Mais pour qu’elle le soit, encore faut-il qu’elle soit pleine de vie. Maurice Zundel dit: « la question n’est pas de savoir si l’on sera vivant après la mort, mais d’abord d’être vivant avant la mort » (Vie, mort, résurrection).

C’est ainsi que je vous la souhaite, l’année 2012 : pleine de vie, vraiment bonne!