Peine de mort et caractère sacré de la vie: enfin de la cohérence?

Après s’y être opposé publiquement à plusieurs reprises, le pape François a fait modifier de manière importante l’article 2267 du Catéchisme de l’Église catholique relatif à la peine de mort, rendant celle-ci «inadmissible» peu importe la situation.

CNS photo/Ciro Fusco, EPA

Après s’y être opposé publiquement à plusieurs reprises [à la peine capitale], le pape François a fait modifier de manière importante l’article 2267 du Catéchisme de l’Église catholique relatif à la peine de mort, rendant celle-ci «inadmissible» peu importe la situation.

La version de 1998 affirmait plutôt que «l’Église n’exclut pas […] le recours à la peine de mort, si celle-ci est l’unique moyen praticable pour protéger efficacement de l’injuste agresseur la vie d’êtres humains». L’article complétait plus loin en parlant de cas d’absolue nécessité qui «sont désormais assez rares, sinon pratiquement inexistants».

Cette modification dans un texte officiel paraît simplement logique lorsque l’on considère la lente évolution de la pensée de l’Église sur la peine capitale. Pour ce qui est de la position de François, elle ne fait que s’appuyer sur celle développée par Jean-Paul II qui défendait une véritable «culture de la vie». François avait courageusement pris position devant le Congrès américain, en septembre 2017 – comme il l’avait fait lors de son voyage aux États-Unis deux ans plus tôt –, pour que la condamnation à mort de Kelly Gissendaner dans l’État de Géorgie, soit commuée en peine à perpétuité, un combat qu’il a perdu lorsque celle-ci fut exécutée le 30 septembre.

Bref, la modification du catéchisme est une correction en vue de mieux correspondre à l’évolution du magistère, surtout pour interpeller les gouvernements là où persiste le recours au meurtre d’État. Le fait de procéder à cette modification entre deux révisions du compendium de la doctrine catholique lui donne un caractère d’urgence.

… LIRE LA SUITE SUR PRESENCE-INFO.CA

Advertisements

La corde et les aiguilles à tricoter

Curieuses coïncidences. Aujourd’hui, je découvre une lettre d’opinion publiée dans le Nouvel Observateur Plus, écrite par une femme qui réagit vivement à la proposition d’un politicien français du Front national de « dérembourser » les avortements dits « de confort ». La dame, enceinte, interpelle le politicien ainsi: « prêtez-moi une aiguille à tricoter », voulant insinuer que sa proposition ne ferait rien d’autre que de ramener la France à l’ère des « on s’arrange comme on peut » et des « charcutages ». La même journée, je tombe sur un billet de Pascal Henrard intitulé « Vite, donnez-moi une corde », en lien avec l’actualité canadienne. Une corde de pendu et des aiguilles à tricoter, quel drôle de mélange. Pourtant, c’est P. Henrard lui-même qui m’amène à faire ce lien quand il dit « que s’est-il passé pour qu’en quelques années, l’avortement soit de nouveau un sujet de conversation? » Voilà… Dès qu’on parle de la peine de mort, on en vient d’une manière ou de l’autre à l’avortement.

Une grosse bourde

La bourde du sénateur Pierre-Hugues Boivenu, qui admet avoir toujours pensé que chaque meurtrier devrait disposer d’une corde dans sa cellule, impliquant qu’il puisse ainsi choisir de se donner la mort quand il le voudrait, a produit de nombreux commentaires et a fait jaser tout le pays cette semaine. Comme il est de mise face à de tels sujets de polémique, de profondes divisions se sont vite mises au jour. La rétractation du sénateur n’a pas eu l’effet d’apaisement escompté, au contraire. Et lui-même en a remis une couche en présentant pour sa défense qu’il disait tout haut ce que beaucoup de gens pensent, pour preuve les centaines de courriels qu’il aurait reçus en appui à sa déclaration. Morale de cette histoire: le débat sur la peine de mort n’est pas définitivement réglé au Canada. Comme le démontre d’ailleurs l’éditorialiste André Pratte, les différents sondages, à l’exception du plus récent, donnent un appui majoritaire et constant des Québécois depuis 1990 au rétablissement de la peine de mort au Canada (c’est aussi ça, notre société distincte!). Cette constance ne peut qu’alimenter les aspirations du Parti Conservateur à obtenir une occasion de légiférer et les justifier d’incendier les médias de temps en temps avec cette question… Tout comme l’avortement?

Les aiguilles à tricoter

Je lis souvent des gens réfléchis qui affirment avec fermeté que le débat sur l’avortement est réglé définitivement au Canada. J’en avais même fait un billet quand le ministre de la Santé et des Services sociaux avait été accusé d’avoir financé un organisme pro-vie. Or, les sondages montrent également une grande division au Canada sur cette question. Depuis quelques semaines, en France, le débat revient dans l’actualité, alors que ce pays a pourtant une loi très claire permettant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) jusqu’à 12 semaines avec un remboursement à 70% des frais et l’interdisant après ce terme. Si les Français continuent de débattre de cette question alors qu’ils ont une loi encadrant l’avortement, pourquoi faudrait-il déplorer que des Canadiens et des Québécois souhaitent définir un cadre législatif dans leur pays? Car peu de gens savent que depuis le jugement de la Cour suprême du Canada en 1988, aucune loi n’est venue remplacer celle qui avait alors été invalidée. Cela signifie que « les avortements peuvent être pratiqués en tout temps pendant la grossesse et pour n’importe quelle raison. »

Les gens intelligents font des catégories

J’en ai un peu marre de voir la facilité avec laquelle les commentateurs de l’actualité font généralement des amalgames simplistes, soit: la droite = les conservateurs = pour la peine de mort = contre l’avortement. À l’inverse, ils diront: la gauche = les progressistes = contre la peine de mort = pour l’avortement.

Dans une des discussions sur l’un de mes billets, un interlocuteur (Papitibi) me confiait : « Je vais sans doute vous surprendre, mais le “go-gauche” que je suis n’en appartient pas moins à la “droite morale” ». Et il poursuivait en affirmant qu’il était contre l’avortement sauf dans des cas extrêmes. C’est bizarre, mais j’avais l’impression de trouver quelqu’un qui me ressemblait, et qui ressemblait peut-être aussi à des milliers d’autres. Les gens de gauche peuvent avoir un projet social, progressiste, égalitaire, équitable, écologique, mais pas forcément acheter l’idée d’un droit absolu des femmes à l’avortement. De même, des gens de droite peuvent avoir un projet de libéralisme économique et défendre les libertés individuelles à outrance et ne pas forcément vouloir enlever quoi que ce soit au droit des femmes à disposer de leur corps ou même vouloir à tout prix que la peine de mort soit rétablie! Pour moi, c’est là que réside la pensée unique: quand on vous enferme dans un camp ou dans l’autre sans aucune nuance.

Et finalement, la religion ?

Je crois en Jésus-Christ et je suis catholique. Je suis contre la peine de mort, dans tous les cas. En fait, je suis contre toute possibilité qu’un être humain soit autorisé à donner la mort à un de ses semblables, en toutes circonstances. Je suis donc contre l’avortement, contre l’euthanasie, contre le suicide assisté, contre les armes, contre la guerre. Comment pourrez-vous donc me cataloguer: conservateur fini ? Rétrograde idiot? Religieux intégriste? Essayez en mettant tous ces « contre » ensemble, vous n’arriverez pas à me caser autrement que comme… catholique.

En tant que tel, je suis donc aussi pour la liberté de conscience. Qu’un prisonnier en arrive à attenter à sa vie, s’il n’a bénéficié d’aucune aide, c’est une affaire entre lui et son dieu tant qu’il en confesse un. Qu’une femme en vienne à choisir d’interrompre sa grossesse, c’est bien sûr son affaire, mais une donnée supplémentaire est en cause: il y a une autre vie en jeu en plus de la sienne. Quel est le statut de cette vie? Nous n’en avons reconnu aucun à l’heure actuelle. Est-ce que poser la question nous fera revenir à l’époque des aiguilles à tricoter et des femmes mutilées? Non merci. Est-ce que cela conduira l’État à supprimer tout financement aux cliniques d’avortement pour empêcher les moins nanties d’y avoir accès en toute sécurité? Non merci. Ouvrir le débat sur l’avortement peut faire que certains groupes militants pro-vie appellent à une politique « zéro-avortement » et manifestent dans les rues, mais ça ils le font déjà. Dans un monde idéal, ils auraient tout mon appui. Dans le monde actuel, une telle politique n’est certainement pas réaliste ni rassembleuse. Il faut donc viser quelque part au centre.

Je vais donc avoir à pleurer tout ce qu’il me reste de vie chaque fois qu’une vie sera supprimée en toute conscience, n’importe quelle vie humaine, celle qui a à peine commencé ou celle qui est objet de toutes les admirations ; celle qui semble n’apporter que des emmerdes ou celle qui ne serait qu’un fardeau excessif. Je donnerai mon aval aux politiques visant à assurer la sécurité qu’il est nécessaire et raisonnable d’appliquer, tout en favorisant la réhabilitation, car je crois en une deuxième et même une troisième, voire une quatrième chance de se reprendre en main et de changer… Oui, tout comme Jésus, je crois en la personne humaine. Et si telle est ma croyance, je me dois de respecter cette femme qui, en son corps, porte une autre vie dont elle ne veut pas, qu’elle ne veut ou ne peut pas mener à terme, malgré toutes les possibilités qui s’offrent à elle, dans la mesure où elles lui ont été présentées. Nous vivons dans cette société où la liberté a été chèrement gagnée. Et la liberté aura toujours un prix. Parfois ce prix, c’est malheureusement une autre vie…

Une fois là, à moi, le catholique, qui ne veut ni corde ni aiguilles, il me reste encore la foi (la prière), l’espérance (en la miséricorde) et la charité (un amour gratuit pour toute personne au-delà de ses actes). Et ça, c’est déjà énorme…

L’espoir, la prière, la mort et le combat

La tension est devenue croissante de jour en jour avant l’échéance fatale. Troy Davis, condamné à mort pour meurtres malgré des preuves qui se sont effritées peu à peu, a su rallier à sa cause des dizaines de milliers de sympathisants du monde entier pour implorer la clémence de la Cour suprême de Georgie (USA). Après un suspens interminable de plus de 4 heures après le moment fixé, il a finalement reçu l’injection létale qui mettait fin à ses jours, 22 ans après avoir été jugé.

Je me suis laissé entraîné dans ce mouvement de solidarité au point d’en devenir quasi-obsédé en fin de journée et durant toute la soirée du 21 septembre 2011. Sur le fil Twitter, les tweets défilaient par dizaine. Sur le site de DemocracyNow.org, plus de 35 000 utilisateurs de partout dans le monde sont restés connectés pendant les heures d’attentes, en communion avec les centaines de manifestants qui se tenaient devant la prison de Jackson. Troy Davis a été exécuté, mais pendant des semaines, des jours et aux dernières heures de sa vie, sa cause a réuni une communauté humaine de tous les coins de la planète, de toutes les cultures, de toutes les religions. Cet homme a voulu que sa cause soit plus que la sienne, celle de tous les condamnés à mort, afin que la justice des humains n’ait plus jamais recours à la peine capitale pour punir un crime, quel qu’il soit. Il avait atteint un degré de détachement face à la mort qui faisait de lui un être « spirituellement libre » et prêt à toute éventualité. La mort est survenue, mais sa mémoire demeurera sans doute longtemps comme une tache de sang indélébile sur la feuille de route de l’État de Georgie, des États-Unis d’Amérique et du prix Nobel de la Paix qui est leur Président.

Communauté de prières

J’ai été très touché à un moment par les appels à la prière qui sont montés spontanément par de nombreux utilisateurs des médias sociaux. J’ai moi-même relayé cet appel en implorant le ciel (pour ma part, Jésus le Christ) de toucher le coeur d’une personne ou d’un groupe qui aurait eu un pouvoir d’arrêter l’exécution. Et malgré ces ondes positives, ces doses d’énergies, ces appels au divin et ces appuis provenant de toute la terre, des hommes portent désormais la responsabilité morale de n’avoir pas voulu entendre en autorisant l’injection mortelle.

Ce matin, en me réveillant tôt, j’ai eu une réaction de tristesse intense à la découverte de la fin de cette histoire. J’ai même eu un mouvement de colère envers mon Dieu qui n’a pas trouvé à intervenir pour empêcher la mort. J’ai été inquiet quelques instants pour mon image, car mes appels à la prière ont impliqué le risque que je sois jugé et raillé pour mes croyances devant un résultat si médiocre, en apparence. Mais je suis tombé alors sur les dernières paroles de Troy Davis. Selon des témoins, M. Davis a proclamé à nouveau son innocence aux membres de la famille des victimes: « Je suis désolé pour la perte que vous avez subie, mais je n’ai pas pris leurs vies, ce n’était pas de ma faute, je n’avais pas d’arme », a-t-il déclaré, en les invitant « à fouiller davantage pour trouver la vérité ». « A ceux qui s’apprêtent à m’ôter la vie, que Dieu ait pitié de vos âmes et qu’il vous bénisse », a-t-il ajouté (Cf. Le Figaro et plus complet en anglais sur DemocracyNow).

Et là, je n’ai pu m’empêcher de penser à Jésus, sur la croix, à son dernier souffle, disant « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Jésus non plus n’a pas été secouru par un bras puissant, qu’il soit humain ou divin. Jésus aussi est mort dans des conditions atroces. Et pourtant sa mort a été source de vie nouvelle, de solidarité et d’humanisation au cours des 2000 ans qui ont suivi.

Troy Davis n’est pas Jésus. Il a peut-être, lui seul le sait, tué un père et son fils. Mais comme pour le bon larron près de Jésus sur la croix, il est mort en paix. La solidarité qu’il a formée avec le monde est une bonne nouvelle. Sa soeur a déclaré qu’ « il leur a laissé comme famille le monde entier ». Voilà pour moi les fruits de la prière de milliers d’humains qui a convergé vers Jackson en Georgie.

Non à la peine de mort

Durant la même soirée, nous avons appris qu’un autre condamné à mort avait été exécuté, au Texas, le premier blanc meurtrier d’un noir, pour des motifs racistes. Il semble que la culpabilité de ce dernier était définitive. Je ne me réjouis cependant pas pour sa mort. Une mort contre une mort n’est pas et ne sera jamais la justice. Cette loi du Talion ne devrait plus exister dans une société dite civilisée. Prendre la vie d’autrui est un crime, peu importe la vie dont il est question.

Dans un contexte où l’euthanasie devient un thème récurrent et une tentation réelle pour les peuples occidentaux, où l’avortement est pratiqué massivement parfois avec une orientation eugénique et souvent sans effort pour offrir des solutions plus en accord avec le devoir de protéger toute vie humaine, où des États assassinent par dizaines des citoyens qui manifestent paisiblement, où des coalitions font la guerre sous prétexte de sauver des vies civiles et qui pourtant se font complices de morts injustes, il est plus que jamais urgent de repenser notre rapport à la vie.

Devenir « pro-vie » sans l’étiquette habituelle — intégriste, d’extrême-droite — qu’on y appose, s’engager « en faveur de la vie et de toute vie » est un combat qu’il importe de mener partout. La peine de mort est symbolique en ce qu’elle est contre-nature, c’est un geste qui supprime la vie d’autrui sous l’autorité de juristes et d’élus qui s’arrogent ce droit réservé à Dieu seul. Tant qu’il restera quelque part une seule autorité humaine qui s’auto-justifiera de pouvoir exercer un droit de tuer, alors le combat pour la vie ne sera pas achevé.