Et quand ils ne seront plus?*

 

Puis-je vous demander un petit service? Si vous êtes déjà grand-parent, veuillez remettre cet article à l’un ou l’autre de vos petits-enfants… C’est fait? Merci, maintenant laissez-moi un peu avec eux.


mains-priantesNous voilà donc entre nous, vous les jeunes et moi le demi-vieux. J’aimerais vous parler de la religion de vos grands-parents. Ils ont, pour la plupart, vécu dans un monde où la foi chrétienne était omniprésente. Plusieurs l’ont gardée vivante tout au long de leur vie. Si c’est le cas de votre grand-mère ou de votre grand-père, il est possible que vous ayez un grand respect pour ses croyances. En même temps, vous vous dites : « Je n’en suis pas là. Pour le moment, je ne me pose pas ces questions-là… de Dieu, de la spiritualité, de la mort et de ce qui vient après… »

Il vous arrive peut-être parfois de sourire lorsque votre grand-maman vous dit qu’elle va prier pour vous, pour telle ou telle difficulté que vous rencontrez, pour que le meilleur arrive. Et vous la remerciez sans trop y croire… Si par contre, vous vous trouvez au cœur d’une épreuve lourde à porter, il peut vous arriver de parler à votre grand-maman en lui demandant de mettre « tous ses saints et tous ses contacts au ciel pour que les choses s’arrangent… Vous ne savez peut-être pas, mais vous vivez votre foi par procuration.

Le principe de l’intercession

Depuis toujours, l’Église reconnaît la prière des croyants en faveur des uns et des autres. Dans les cercles de prière, il est tout à fait normal d’entendre des prières à l’intention de proches, parfois d’étrangers qui sont aux prises avec des situations difficiles, des épreuves lourdes, des deuils éprouvants. Ces priants adressent leurs intentions au Père, au Christ, à l’Esprit-Saint qui ne forment qu’un seul Dieu amoureux des humains. Si vos grands-parents prient ainsi pour vous, vous êtes donc des privilégiés sans même le savoir!

Vous avez peut-être déjà vu dans le journal, des courts textes sous la rubrique « avis ». On y trouve un grand nombre de témoignages de personnes qui laissent une trace en reconnaissance d’une faveur obtenue. Ne croyez pas qu’il s’agit d’un privilège accordé par un personnage politique! 😉  Dans l’esprit de ces publications, il s’agit de gratitude exprimée à Dieu, le plus souvent par l’intercession de la Vierge-Marie ou d’un saint ou une sainte, comme saint Antoine, par exemple.

Prier par soi-même

Puis-je vous poser une question? Quand vos grands-parents ne seront plus de ce monde, qui priera à votre place? N’est-il pas temps pour vous de vous approprier cette foi qui est déjà un peu semée en vous? Car si vous demandez à vos proches d’avoir une pensée positive ou une prière pour vous, n’est-ce pas à cause de cette foi incertaine qui est pourtant bien réelle? La prière est un moyen efficace pour traverser la vie, à tous les âges. Plutôt que de vous en remettre sans cesse aux aînés, prenez le temps de vous mettre en présence de Dieu et de déposer votre vie entre ses mains. Vous connaîtrez alors le secret des vieux croyants…

_________

Ce texte est le trentième article de ma série “En quête de foi”, publié dans l’édition de juillet-août 2015 du Messager de Saint-Antoine

Les générations B-B X Y (C)… une mise à jour

http://fr.plusmagazine.be/upload/focus/kangoeroe/kangoeroe_292x237.jpg

Le défi intergénérationnel

Le premier article de mon blogue indiquait déjà mon intérêt pour le développement des liens intergénérationnels. Je pense, en effet, qu’un enjeu majeur pour que le futur soit rempli d’espoir est de rapprocher tous les adultes avec leurs différences – tant individuelles que celles liées à leur groupe générationnel – pour construire ensemble une société plus humaine. J’ai poursuivi ma recherche et j’ai découvert une multitudes de sources utiles pour mieux connaître les caractéristiques de chaque génération.

Bien entendu, il faut  être prudent sur les jugements de type « étiquettes » qu’on mettrait sur les personnes. Ces catégories sont des grandes tendances, elles ne sont pas une description des personnes, comme c’est le cas pour n’importe quelle grille à caractère psycho-social.

Dressons un petit tableau pour nous situer. La première rangée indique les événements qui ont affecté la génération décrite dans chaque colonne. La seconde donne des caractéristiques plus spécifiques et la dernière quelques commentaires supplémentaires.

Vétérans
nés avant 1945

Boomers
1945-1965

Génération X
1965-1980

Génération  Y
1980-1995

• Guerre• Grande dépression• Manque• Reconstruction • Guerre froide• Mai 68• Vietnam• Libération sexuelle

• Lutte pour les droits civiques

• Émancipation des femmes

• Divorce

• Chute du mur de Berlin• Tchernobyl• Banalisation du divorce• Pilule contraceptive

• Informatisation

• Arrivée du Sida

• Sang contaminé

• Réseaux sociaux Web 2.0• Mondialisation• Familles recomposées• Urgence environnementale

• Croissance économique

– Stabilité- Effort- Éthique- Travail

– Sacrifice

– Idéalistes- Chanceux- Sens du collectif

– Égocentriques

– Responsables de la situation actuelle

– Désillusion- Cynisme- Agressivité- Individualisme

– Goût de l’aventure

Contre…

– culture

– société

– consommation

– institution

– Individualistes- Impatients- Interconnectés

– Inventifs

– Besoin de variété

– Connaissent leurs besoins

– aiment la liberté et l’autonomie

– Veulent être informés

– cherchent des relations de qualité

Les « vétérans » bénéficient des progrès de la médecine et vivent plus longtemps, mais leur qualité de vie, surtout dans sa dimension sociale, n’est pas toujours positive. Le capitalisme est un idéal pour les BBs. La réussite profession- nelle est un facteur d’épanouissement. Ils sont fidèles à l’entreprise et travaillent dur. Conscience forte d’appartenir à une génération. Plus pragmatiques qu’idéalistes, ils sont arrivés sur le marché du travail dans les années 80 pour découvrir le chômage et les emplois sous-payés.  Considérée comme une génération coincée entre les boomers et les Y qui n’a pas su trouver ses repères La consommation fait partie de leur vie. Ils ont besoin de feedback pour s’engager. Ils savent ce qu’ils valent et l’exigent. Il veulent évoluer, ne pas rester au fixe et avoir une reconnaissance. Ils ne sont pas intéressés par la compétition, mais veulent avoir de l’influence.

Je vous donne quelques références pour aller plus loin. Cela peut permettre de mieux nous comprendre, d’une génération à l’autre et de compter davantage sur nos forces respectives. Pour une classification « québécoise » des générations avec les dates qui nous correspondraient mieux, le Journal de Montréal a publié un dossier en 2008. Il faut peut-être commencer par là.

Allons ensuite vers les plus jeunes (je parle des adultes, pas encore de la prochaine génération, qu’elle soit « C » ou « Z »). La génération Y est très active dans les médias sociaux. Une série d’émissions de Canal Vie, Y Mode d’emploi a permis récemment de les voir se dépeindre eux-mêmes. C’est sans doute la meilleure façon de mieux les connaître, dans les meilleurs et les moins beaux traits de leur personnalité. À voir surtout l’épisode Rêves et Valeurs qui est offert au complet sur le site. Wikipédia offre une page assez bien élaborée, bien qu’incomplète, qui donne un bon aperçu de cette génération. Sur le blogue Synchro, on trouve une page avec des liens intéressants. Julien Pouget, lui-même de cette génération, est devenu consultant pour aider quiconque veut mieux les connaître. Il a développé un site web complet sur lequel on trouve plein d’informations et, bien sûr, son offre professionnelle ! Et j’ajoute un lien vers un site de formation professionnelle qui décrit comment la génération Y peut « être formée ». Et encore un autre, récent, sur le site de Philanthropie Québec.

On trouve sur le site web de Pascal et Fabienne Bonnaz des articles bien étoffés sur la génération X, en particulier les caractéristiques qui se présentent comme des affirmations claires et plutôt positives, ce qui n’est pas toujours le cas sur cette génération. Voir aussi l’arrière-plan spirituel et professionnel. Radio-Canada a produit quelques vidéos et entrevues pour mieux comprendre la génération X. L’encyclopédie Agora offre surtout plusieurs liens qui permettent d’approfondir davantage la connaissance des X. Enfin le portail d’Albert dresse un portrait en une page très dense mais peu réjouissante sur la génération X.

La littérature foisonne sur les baby-boomers, et surtout parmi les consultants en marketing ! Ce groupe constitue les plus grands consommateurs. Ils ont des moyens, sont en fin de carrière et pensent donc à la retraite. Un observatoire des générations montre les interactions entre les baby-boomers et les générations qui suivent. Une étude française montre ce que sera la prochaine moitié de siècle avec cette génération qui représente 20% de la population.

Pour la génération des plus âgés, qu’on appelle « seniors », « vétérans » ou, mieux, « silencieux » on comprendra qu’il existe peu de pages web qui lui est consacrée. D’abord, ce n’est pas la génération la plus branchée, bien que cela puisse encore être assez surprenant. Les tableaux suffisent à nous montrer ce groupe de personnes comme des personnes engagées, capables de sacrifice, qui ont tout donné pour assurer à leurs enfants le maximum des chances possibles.

J’espère que ces lectures vous seront utiles. Il est facile d’aller plus loin en faisant des recherches par soi-même. N’hésitez pas à me pointer d’autres ressources dans les commentaires à ce billet. Si tout le monde s’intéresse aussi à ceux et celles qui présentent des caractéristiques différentes des siennes, on pourra peut-être espérer que cela encourage l’appréciation de la différence et la reconnaissance pour cette belle diversité humaine !

Un autre texte éclairant sur le sujet des générations : http://jeunes-religion.org/2012/03/14/sur-la-question-des-generations/

Tout commence par une première fois…

MITP2010-103

Image by Lobinhoot via Flickr

Écrire un blogue… Quelle idée ! Oui, mais quand on commence à envisager un petit quelque chose qu’il vaut la peine de partager, ça devient plus inspirant…

Je viens de débuter un nouveau travail : membre de l’équipe de la mission catéchétique de l’Église catholique diocésaine de Chicoutimi (http://evechedechicoutimi.qc.ca). Ce travail est plus qu’un travail, c’est un engagement. Depuis toujours, je me suis senti inspiré et dynamisé par ma foi. Qu’est-ce que la foi ? Bonne question. Discutons-en alors !

Mon travail me conduit à soutenir des propositions pour que des adultes, notamment, se mettent en recherche sur ce qui leur donne du sens, ce qui répond à leur soif spirituelle, ce qui les guide vers plus de solidarité, par exemple. Notre culture est souvent décrite en termes négatifs par les gens d’une autre époque (je me situe souvent parmi eux). Je crois que nous sommes invités à la considérer autrement, pour ce qu’elle est et y voir peu à peu les signes de beauté, de bonté et de vie nouvelle.

Je me lance donc. On verra bien…

Je propose tout de suite un lien que je trouve intéressant : http://blogs.ecoles-idrac.com/Generation-Y/Comment-manager-la-generation-Y Ce texte se trouve sur un site consacré à la génération des 15-30 ans. J’aime beaucoup apprendre sur ce groupe d’âge, car il forme la génération montante qui prendra de plus en plus de place dans notre société.

Il ne faut surtout pas la changer, mais comment trouver avec cette génération plus d’humanité, ensemble ?

À bientôt.

Jocelyn