Archives de mot-clé : évêques

Église québécoise et laïcs: floraison ou last call?

Standard
Les membres de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec ont rencontré le pape à Rome le 11 mai 2017.

Les membres de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec ont rencontré le pape à Rome le 11 mai 2017. (CNS photo/L’Osservatore Romano)

Le pape François a eu l’occasion de rencontrer les évêques du Québec à deux reprises au cours de leur visite ad limina qui vient de se terminer à Rome. Dans son discours du 13 mai, il n’aurait pas hésité à appeler les évêques à «promouvoir la ‘floraison complète’ de l’implication des laïcs» dans l’Église. Avec le peu de baptisés qui lui demeurent attachés et le petit nombre, très majoritairement féminin, qui s’y implique, n’est-il pas trop tard pour encourager une telle ouverture dans l’Église?

«La floraison est le processus biologique de développement des fleurs. Elle est contrôlée par l’environnement (lumière, humidité, température) et les phytohormones. Dans la nature, la floraison est contrôlée par le phénomène d’induction florale.» (Wikipedia)

Un contrôle favorable… ou non!

La floraison comporte des facteurs internes et externes. Comme pour les humains, les hormones de croissance s’activent au temps opportun. Le phénomène d’induction, quant à lui, comprend plusieurs étapes qui doivent se succéder et que les jardiniers connaissent bien. Tenter de faire des semis de tomates à l’automne, par exemple, est peine perdue. Pour qu’elle soit optimale, la floraison doit se faire dans des conditions favorables et tenir compte de «l’environnement».

Appliqué à l’Église et aux laïcs, le concept suggéré par le pape paraît attrayant. Pourrait-il aider à discerner quand et comment permettre une nouvelle étape de la croissance du «laïcat»? Par exemple, «l’environnement» rendu favorable à l’Action catholique au milieu du XXe siècle et conduisant au concile Vatican II a pu activer de telles «hormones» à cette époque, suscitant par «induction» des leaders chrétiens dans la cité.

… LIRE LA SUITE SUR PRESENCE-INFO.CA

Quelles suites donner à ce synode?

Standard
Un des couples invités au synode, avec leur petit. Photo: L'Osservatore Romano

Un des couples au synode et leur petit. Photo: L’Osservatore Romano

Le synode romain sur la famille a pris fin le mois dernier en laissant une impression largement partagée qu’il a ouvert bien peu de choses. On pourrait croire que tout ce branle-bas de combat ne fut qu’un spectacle assez désolant de deux factions, conservatrice et progressiste, s’affrontant dans l’arène synodale. Et qu’au final, ce serait plutôt la frange attachée à la tradition et à la doctrine qui l’a remporté. Mais est-ce vraiment le cas? Entre les attentes déçues et le réalisme pastoral, quel chemin peut-il s’ouvrir pour les baptisés?

La doctrine immuable…

Certaines questions controversées devaient être abordées lors du synode, notamment autour de l’homosexualité et des divorcés-remariés, à la fois pour leur statut dans l’Église mais également pour ce qui est de leur accès à la communion.

Pour ce qui est de l’homosexualité, finalement très peu discutée, les pères synodaux en sont restés à une formule vague encourageant l’accompagnement des familles aux prises avec cette situation et à l’accueil toujours chaleureux à faire aux personnes homosexuelles. Rien cependant sur une forme de reconnaissance d’un « droit » à l’épanouissement affectif et encore moins sur la possibilité , « même de loin », de reconnaître les couples ou les familles avec des parents homosexuels. Il est clair que cette question est encore trop délicate et surtout trop diversement perçue pour susciter un quelconque déplacement doctrinal.

Les divorcés-remariés ont été au cœur de nombreux échanges. La recommandation de faciliter les procédures conduisant à la déclaration de nullité de mariages non valides aura certainement des conséquences positives, bien que, pour la plupart des couples dans cette situation que nous connaissons, cette démarche n’est plus très prisée. Il serait surprenant de voir une augmentation importante en cette matière.

Par contre, la reconnaissance d’une forme d’union reconnue par l’Église dans le cas de divorcés-réengagés est loin d’être sur le point d’aboutir positivement! Même si tous reconnaissent que le retour en arrière (revenir avec l’ex-conjoint-e) est exclus la plupart du temps et que la recomposition des familles modifie de manière permanente la situation des couples, le synode n’a fait aucun pas dans la direction de ces dernières. On en revient toujours avec la situation objective d’adultère incluant comme unique solution pour le couple de vivre en frère et sœur. On tape donc encore sur le clou du tabou de la sexualité.

La seule petite ouverture qui a été faite a consisté en la reconnaissance du « pouvoir » de l’évêque diocésain dans le discernement des situations particulières pouvant aller jusqu’à autoriser, après un « chemin de pénitence », la communion à certains divorcés-remariés. Il s’agit d’une minuscule brèche, mais bien réelle, qui va justement dans le sens de la synodalité et de la collégialité, et qui pourrait faire en sorte que certains évêques avancent dans cette direction alors que d’autres pourraient en rester au statu quo. Ce serait la première fois depuis longtemps que l’Église catholique, fortement centralisatrice, puisse accepter certaines adaptations selon les régions et les cultures.

La responsabilité des baptisés

Durant tout le temps de ce synode, nous avons très peu entendu parler des 18 couples présents dans l’enceinte. Ceux-ci ont eu droit à leur trois minutes de prise de parole, mais n’ont pas participé aux comités linguistiques qui devaient faire remonter les propositions en vue du rapport final. La participation des « fidèles » a donc été réelle, mais plutôt ténue.

Dans mon diocèse, nous avons été très peu nombreux à participer aux deux consultations préalables commandées par le pape François. Pour le synode extraordinaire de 2014, faute de temps pour organiser une telle consultation, les réponses de notre diocèse ont été apportées par un seul répondant. Pour la consultation de 2015, l’équipe diocésaine de pastorale a tant bien que mal invité les gens à répondre à un questionnaire simplifié. Les réponses obtenues se comptent avec les doigts d’une seule main! Se passerait-il, au sein de l’Église, parmi les baptisés engagés que nous sommes, une forme de désengagement, comme en politique?

L’archevêque de Gatineau, Mgr Durocher, affirmait, à la fin des trois semaines de travail, que « le synode est loin d’être fini». Il voulait dire par là qu’il y a matière à réflexion et à agir dans nos diocèses. L’homme d’Église a lui-même repris les 94 recommandations du synode en surlignant les articles qui pouvaient conduire à des actions dans les paroisses. Il a conclu de cet exercice : « Mon texte est maintenant rempli de violet! ». Il y a donc une responsabilité qui est renvoyée aux Églises locales. Qu’en ferons-nous, dans chaque diocèse? Y a-t-il des hommes et des femmes qui désirent approfondir les recommandations et entrer en dialogue avec leur évêque?

Si nous prenons l’invitation du pape François au sérieux, il ne faudrait pas arrêter maintenant ce qui vient d’être commencé, à savoir la possibilité d’une réelle prise de parole par le peuple, en communion avec ses évêques. Je serais le premier à désirer réfléchir avec d’autres aux questions soulevées, aux réponses apportées et surtout à toutes celles qui n’ont même pas été « tentées ».

La famille et les vérités universelles qui ne le sont plus

Standard

Le deuxième synode sur la famille s’est ouvert à Rome. Avec la rencontre mondiale des familles qui s’est déroulée tout récemment à Philadelphie et à laquelle le pape lui-même a mis tout le poids de sa présence pour marquer l’importance de l’événement, l’Église catholique semble soudainement se soucier des «problèmes» de la famille contemporaine avec l’intention de lui apporter des solutions.

À quoi peut-on s’attendre réellement? L’Église peut-elle véritablement aller à la rencontre des familles et se faire entendre sur les questions qui la divisent elle-même de l’intérieur?

Les familles sont ailleurs

Chez nous, la famille catholique est devenue largement autonome face au magistère. Si une minorité semble continuer de s’y référer pour sa conduite morale, la majorité lui accorde bien peu de d’importance pour lui dicter sa manière de se comporter, que ce soit au chapitre de la contraception, du divorce ou de l’union homosexuelle, trois des questions qui ont été abordées au synode de l’an dernier.

… LIRE LA SUITE SUR PRESENCE-INFO.CA