Les larmes des uns, le silence des autres

Un enfant rohingya écoute des chants le 5 novembre 2017 dans un camp de réfugiés de Cox's Bazar, au Bangladesh.

Un enfant rohingya écoute des chants le 5 novembre 2017 dans un camp de réfugiés de Cox’s Bazar, au Bangladesh. (CNS photo/Jorge Silva, Reuters)

Le premier ministre Justin Trudeau a laissé couler des larmes abondantes tandis qu’il offrait des excuses d’État aux Premières Nations du Labrador et de Terre-Neuve. Il a recommencé cinq jours plus tard à l’occasion des excuses officielles offertes aux Canadiennes et Canadiens persécutés en raison de leur orientation sexuelle.

Il n’en fallait pas plus pour que défilent en continu les commentaires moqueurs voire injurieux dénonçant ce qui correspondait pour une majorité à un mauvais jeu d’acteur, certains allant jusqu’à mettre en doute l’équilibre mental de M. Trudeau. Pour leurs auteurs, il est impensable qu’un chef de gouvernement puisse se laisser aller à de tels épanchements.

Toute cette agitation autour des larmes du premier ministre a pu laisser dans l’ombre les motifs pour lesquels elles ont coulé.

En effet, les autochtones du Labrador et de Terre-Neuve avaient été exclus des excuses formulées par Stephen Harper en 2008, ce qui pouvait laisser croire que le gouvernement fédéral n’avait aucune responsabilité dans le placement forcé de 900 enfants dans des pensionnats autochtones visant à les couper de leur culture et de leurs traditions.

En ce qui concerne les citoyens LGBTQ2 – pour reprendre le libellé des excuses officielles – ils sont nombreux à avoir subi de graves préjudices alors qu’ils étaient pourchassés et condamnés criminellement en raison de leur orientation sexuelle. Plusieurs d’entre eux pourront ainsi voir leur dossier criminel lavé de telles sanctions.

Excuses d’un pape

D’autres excuses ont connu moins de visibilité à quelques jours seulement de celles du gouvernement canadien. Peu de gens d’ici sont sensibilisés à la situation des Rohingyas, une minorité musulmane fortement persécutée par l’armée birmane et par la majorité bouddhiste en Birmanie. Ceux-ci sont massacrés par centaines et la grande majorité a été forcée à l’exil, surtout au Bangladesh qui a accueilli au moins 600 000 réfugiés au cours des derniers mois.

LIRE LA SUITE SUR PRESENCE-INFO.CA

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s