Faites l’amour, pas La Voix!

1394008-voici-michael-pendant-interpretation-aimons

Aimons-nous quand même
Aimons-nous jour après jour
Aimons-nous quand même
Aimons-nous malgré l’amour
(Yvon Deschamps)

Alors que s’achève la cinquième saison de La Voix (TVA), je me permets un commentaire au sujet d’une expression qui revient sans cesse dans la bouche des participants et participantes tout autant que de leur coach: « l’amour du public »… Je ne veux surtout pas être rabat-joie, car les spectacles dominicaux sont des bijoux de divertissement. Là n’est pas mon point.

Mon sentiment est le suivant: recevoir des applaudissements d’une foule en délire, accueillir après chacune de ses prestations les envolées affectives des coachs qui ne trouvent plus de superlatifs, tellement qu’ils sont sans voix (!), découvrir les louanges d’adoration sur les réseaux sociaux, gagner le vote du public, tout ceci peut-il être réellement perçu comme de l’amour? Si telle est la conception que nous avons de l’amour, cela ne pourrait-il pas expliquer quelque chose de l’état actuel de notre monde?

« Mon public m’aime, j’aime mon public! »

L’amour est bien plus qu’un sentiment lié à une émotion. L’amour ne vient pas d’un « coup de cœur », il est nourri par l’engagement, la loyauté, la fidélité. L’amour ne s’exprime pas uniquement lorsque la personne aimée est à son meilleur, comme ce fut le cas pour la plupart de ces chanteurs et chanteuses au talent, il faut le dire, exceptionnel. L’amour est d’abord et avant tout un don de soi-même. Dans la générosité de l’artiste qui se donne sur scène, il peut bien y avoir quelque chose de l’amour, mais il est incomplet. Car l’amour donné appelle une réponse de même nature. Et la réponse du public n’est pas de nature à nourrir une vraie « relation ». Celle-ci ne peut finir que dans le manque.

« Le public » est un concept télévisuel qui s’exprime par des « j’aime » ou « j’aime pas », correspondant aux cotes d’écoute. Il ne s’agit pas d’amour, mais d’affects, d’élans émotifs, de passions momentanées: « Cet artiste me fait vibrer, j’ai des frissons, je l’aime! » En réalité, j’aime ce qu’il me fait, mais cela viendrait d’un autre que j’aimerais tout autant. Cet amour interchangeable venant d’un être collectif indifférencié n’a rien d’un amour réel, concret. Il n’est qu’une vague émotionnelle passagère.

Une élimination à La Voix peut susciter un spleen terrible, un post-partum « sans voie », car le chemin sera plus terne et plus ardu après que le public se sera tourné vers d’autres, sans se soucier de qui n’est plus de la course. Voilà ce qu’est le public, un « esprit sans âme » qui se constitue l’instant d’un événement et qui se reconfigure au gré de la prochaine saveur du mois. Vous appelez ça de l’amour? Si cela peut être bon pour l’égo, pour l’effet d’adrénaline plus intense que n’importe quelle substance, pour le sentiment d’exister, cela n’est toujours pas de l’amour. Le public achète des albums, des billets qui font vivre l’artiste, mais il ne donne pas d’amour. Il ne fait que refléter sa jouissance face à ce qu’il reçoit de l’artiste: un orgasme émotionnel. Mais l’orgasme ne dit rien de l’amour. S’il est quelque chose qui peut se produire sans amour, c’est bien un orgasme…

Quelle est la substance de l’amour?

S’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. (1 Corinthiens 13, 1)

Le public aura eu des émotions face à un ou une artiste et aura apprécié ou pas sa personnalité, sa chanson, sa performance. Apprécier est une toute autre chose que d’aimer. Le public affamé de frissons va continuer de les chercher ailleurs sans jamais s’arrêter, retournant son fauteuil vers qui lui fera connaître de nouvelles sensations. Le public est, dans sa nature même, infidèle et ingrat. Au contraire, l’amour authentique ne s’épuise jamais.

Ceux et celles qui aiment l’artiste pour de vrai ne seront toujours qu’un petit nombre. Ils sont à compter, en tout premier lieu, parmi ses proches : conjoint conjointe qui l’a soutenu indéfectiblement dans les moments creux de sa carrière, enfants qui le chérissent tel qu’il est dans la vraie vie, avec ses grandeurs et ses limites qu’eux seuls connaissent bien, parents dont la fierté pour leur talentueux rejeton n’a jamais été conditionnelle à ses succès… Et ainsi de suite pour tous ceux et toutes celles qui font partie de sa vie réelle et qui seront encore là demain.

Le véritable amour que nous cherchons tous et toutes ne se trouve pas dans une décharge anonyme et massive de vibrations qui rend accrocs ceux et celles qui en font l’expérience. L’amour vrai n’a même pas besoin de réciprocité, car il est don gratuit.

Attristé par la déveine de mon beau-frère Michaël, j’aimerais lui offrir ces mots en conclusion:

Car tu comptes pour moi, tu as du prix à mes yeux, et je t’aime. (Isaïe 43, 4)

4 réflexions sur “Faites l’amour, pas La Voix!

  1. Luc Potvin dit :

    Moi, Michael ce n’était pas le miens par ce qu’il a fait auparavant. Aujourd’hui je l’ai vue sur un autre angle. Je pourrais acheter un futur disque , voir même aller le voir en spectacle. Même Jésus a dû avoir tout un charisme pour susciter l’intérêt à ce point là. Ce n’est pas que des miracles qui déplacait les foules. Juste à voir dans la bible le monde qui se déplacait pour l’écouter. Pour faire un métier d’artiste et en vivre il faut de la visibilité. C’est l’une des bases du marketing. Moi je suis très heureux que les yeux de plusieurs téléspectateurs se sont changés grâce aux performances de Michael et de certains autres chanteurs qui ont participés. J’espère que le fils de Patrick Bourgeois gagnera et j’irai me procurer son prochain album. Est-ce de l’amour? une attirance pour son « don » son « art » assurément. Cela explique pourquoi j’ai vue en spectacle mon chanteur préféré 5 fois jusqu’ici et que j’iria à chaque fois qu’il sera accessible pour moi. Il y a une attraction, une appartenance qui se développe face à un artiste qui malheureusement à besoin de visibilité pour vivre de son art. Être une vedette cela peut être instantannée, cela peut ne jamais arriver et cela peut s’éteindre en quelques semaines. C’est ça l’amour du public. Pourquoi un Michel Louvain à 80 ans passé remplis encore ses salles de spectacles? Cela me dépasse… Mais il suscite l’intérêt et toute mon admiration. L’amour est gratuit effectivement, mais n’est-ce pas gratuit pour les gens qui écoute ce genre d’émission et qui s’attache à des participants? Il y a là quelque chose de tangible et d’accessible. Ce n’est pas dans les nuages ou dans l’abstrait à mon sens. Cela explique peut-être les cotes d’écoutes record pour ce genre d’émission. Nous vivons dans une société qui a plusieurs faiblesses et ce genre d’amour instantanné nourri les coeurs de façon instantanné, jusqu’à la prochaine fois.

    • Merci Luc d’apporter ta contribution à cette réflexion. J’ai pensé, bien sûr, à ces « relations » à long terme entre des fans et des artistes. Je pense notamment à Aznavour, Ferland, Reno et tant d’autres. Je ne souhaitais pas faire une critique de ces amours, mais plutôt m’en prendre à l’expression « J’ai tant reçu d’amour » qui est un amour du moment. Est-ce de l’amour? Tu dis que oui, je crois que non. C’est peut-être là la difficulté de bien des couples aujourd’hui, de faire la différence entre l’appréciation de l’autre, l’admiration qu’on lui porte et l’amour qu’on lui voue. 33 ans de vie conjugale m’ont conduit à cette conviction que l’amour véritable a besoin de la durée pour s’épanouir en toutes ses dimensions, y compris, surtout, quand c’est le plus difficile d’aimer l’autre. Cela n’enlève rien à la qualité de l’émission ni au talent des artistes que j’apprécie tout autant que toi!

      • Luc Potvin dit :

        J’ai tant reçu d’amour… Est-ce que ce n’est pas nous qui accrochons sur les mots. Pour eux, c’est une autre façon de s’exprimer avec les mots qu’ils ont. Je comprend ton propos et ta vision. On ne peut pas tout à fait mettre l’amour conjugal au même pied d’égalité qu’un amour pour un chanteur ou même mon amour pour ma voiture. Il y a tant de facteurs et tant de situations diverses qu’il serait trop facile et inadéquat pour moi de comparer ces deux Amours. Par contre, je me pose la question: qu’est-ce que cela change pour moi que l’on emploi le mot amour lorsque je recois une « tonne » d’applaudissements et de l’admiration de la part de millions de Québecois. Je ne peut qu’être rempli de fierté pour cette personne qui reçoit cette amour instantanné.

        • Oui, certes, c’est une question de mots. S’il n’y a pas de mots différents pour distinguer ces types d’amour, cela ne peut-il pas finir par parasiter le sens de l’amour, autant l’amitié que la vie à deux? Je veux dire ceci: lorsque mon coeur cesse de battre pour l’objet de mon amour, est-ce que je cesse d’aimer pour autant? S’il ne s’agit que d’une voiture ou d’un artiste qui me fait du bien et que je ne ressens plus ces palpitations, est-ce que cela suffit pour dire « je ne t’aime plus »? Il y a plusieurs types d’amour, mais malheureusement un seul mot pour les nommer tous. Je pense sincèrement que ça fait une différence. Mais ce n’est pas une question de vie ou de mort! 😉

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s