Les honneurs et la gloire à l’heure de l’austérité

L’émotion est vive après le décès du plus célèbre des gérants d’artistes, René Angelil, après plusieurs mois de combat contre la maladie. Non seulement Québec a-t-il opté pour des funérailles nationales, mais le premier ministre du Québec interrompra sa mission économique en Europe pour revenir assister aux funérailles, le temps d’un aller-retour en avion.

Dans un contexte socio-économique incertain, cela en dit long sur le sens des priorités du chef du gouvernement.

Pour ma part, devant ce concert d’éloges, je ne peux m’empêcher de penser à Mélaric. À côté de la fierté et des honneurs – par ailleurs bien mérités – qui ont été largement diffusés pour honorer le travail de M. Angelil, je revois le désarroi des résidents de ce centre de désintoxication qui venaient d’apprendre qu’on leur arrachait cet espoir.

René Angelil a réussi sa vie. Il a réalisé de grandes choses. Il a surtout amoncelé une immense fortune. Même si bien des gens peuvent témoigner de sa générosité, il s’agit tout de même d’une richesse qui surpasse tout ce que les 99% des humains ne pourront jamais amasser dans leur vie.

D’un côté la gloire, de l’autre l’argent: deux éléments qui mènent à des funérailles nationales.

Qu’en est-il de tous ces autres qui peinent à vivre dignement?

… LIRE LA SUITE SUR PRESENCE-INFO.CA

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s