Le suicide comme réponse à l’intimidation?

Standard

Il me semble que le thème revient sans cesse dans les médias depuis quelques années. Il y a David Fortin, toujours en cavale on ne sait où. Il y a Jasmin Roy qui a bâti une fondation pour combattre l’intimidation. Il y a dans l’actualité de cette semaine au moins deux cas qui ont profondément choqué les consciences, Jade et Marjorie. La première revient comme un fantôme. En avril dernier, Jade a produit une vidéo silencieuse dans laquelle elle présente un message écrit sur plusieurs feuilles qu’elle montre l’une à la suite de l’autre, pour nous permettre d’entrer dans son histoire et sa détresse. La vidéo dit que Jade a mis fin à sa vie trois jours après l’avoir publiée. L’autre adolescente médiatisée est Marjorie. N’en pouvant plus du harcèlement dont elle faisait l’objet, elle a décidé de mettre un terme à sa vie après avoir écrit une lettre d’adieu à sa mère et ses proches. Deux histoires semblables, une fin identique.

Je m’inquiète de voir à quel point la solution finale semble désormais la voie de salut retenue  de plus en plus par ces adolescents qui ne voient plus d’autres espoirs et se laissent séduire par l’idée du suicide. Je m’indigne, bien entendu, comme toutes les voix qui se sont fait entendre sur ces situations nombreuses et qui ne cessent de se reproduire. Je dis NON! moi aussi à l’intimidation, mais je reste comme tant d’autres sans moyens.

Mon fils de six ans a déjà commencé à subir l’intimidation, dans l’autobus, paraît-il. Il se révolte. Il a commencé à frappé les copains. Il ne discerne plus déjà qui est ami et qui est ennemi. Il ne prend pas de chance, il frappe indistinctement. Sa violence s’étend maintenant aux activités sportives auxquelles il participe. Tout petit, il sème la peur.  L’école commence à réagir. Les parents sont vite interpellés dans des situations comme celle-ci. Il faut l’arrêter d’agir, l’empêcher de réagir… Mais la vraie question est ailleurs : comment se fait-il qu’il doive user de violence, à un âge si hâtif?

Si nous ne parvenons pas dès à présent à agir pour l’aider à développer des relations positives avec ses pairs, qu’en sera-t-il quand il aura 12, 14, 15 ans ? Je suis persuadé que bien des parents vivent avec cette question.

Faire face à l’adversité

Il y a aussi le jeune Maxime, qui, l’an dernier, a choisi de réagir autrement au harcèlement dont il était victime. Il a même réussi le pari d’alerter les médias et d’organiser une marche qui a rassemblé 300 personnes. Comment a-t-il pu trouver la force et le courage de s’opposer de telle façon à l’intimidation ? C’est comme pour le viol ou toute forme d’agression, il semble que nous ne soyons pas égaux devant de tels affronts. Certaines femmes, rares, vont affronter leur agresseur, mais une majorité finit par être paralysée par la peur. La peur…

Est-ce que je veux vivre dans un monde de peur ? Certains diront : « il faut que les jeunes apprennent à se faire respecter. C’est normal que des jeunes se lancent des insultes. Nous avons subi cela aussi. » Il y a une part de vrai dans cela. Ne jamais être confronté à l’adversité, ne jamais être parvenu à faire reculer l’agresseur par une attitude ferme, peut ne pas avoir préparé l’enfant, l’ado, l’adulte, même, à faire face à l’agression, au harcèlement. Tous n’ont pas cette capacité de réagir, de dire non et de se faire respecter. Je ne crois pas qu’on puisse simplement renvoyer la personne à sa propre capacité ou au courage qu’elle n’a pas…

Accompagner, encore et encore…

J’ai participé à une conférence de Jacques Brodeur, avec d’autres parents de l’école fréquentée par mes enfants. Celui-ci affichait la conviction de pouvoir régler définitivement la question de l’intimidation et du harcèlement. Il proposait des pistes concrètes. Nous étions tous emballés par sa démarche qui nécessite la contribution de tout le personnel scolaire et la participation active des parents. J’ai demandé à ce que l’école embarque dans sa démarche. On m’a simplement répondu qu’il y avait déjà un programme pour contrer l’intimidation… Pourtant, mon fils en subit, d’autres aussi. Il y aurait une cinquantaine d’enfants, surtout des filles, qui présentent une estime de soi déficiente dans cette école. Nous espérons qu’à la fin de l’année, nous aurons atteint 10% de résultats positifs. En clair, cela signifie que 5 élèves auront une meilleure estime de soi… Vous trouvez cela suffisant, vous ? « Ce sont les normes de la commission scolaire », qu’on m’a répondu quand j’ai interrogé cet objectif. Croyez-vous que c’est comme ça qu’on va régler son cas à l’intimidation?

Il n’y a pas de solution unique. Il y aura malheureusement bien d’autres cas comme ceux de Jade et Marjorie. C’est dans l’air. Les jeunes y voient une lueur. Mais j’espère qu’il y aura aussi un plus grand nombre de Maxime. Et il y a surtout l’importance d’être là, nous, les adultes, auprès de chacun de ces enfants. Il faut opposer au harceleur une force supérieure, lui faire plus peur à lui qu’il n’en cause aux autres. C’était le conseil reçu d’un psychiatre, il y a quelques années, pour une situation dans l’organisme que je dirigeais. Peut-être est-il temps de commencer à brandir le bâton, quand la carotte ne suffit plus ?

Personnellement, je vais rappeler à mon école la proposition d’Edupax et de Jacques Brodeur. Je vais insister pour que des mesures concrètes soient mises en place. Je voudrais que mon fils se comporte en Maxime. Je vais en faire mon objectif et l’accompagner pour qu’il en soit ainsi. Voilà ma solution. Quelle est la vôtre?

À propos de Jocelyn Girard

Marié depuis 1984, 5 enfants (que des "gars"), 6 petits-enfants... Je travaille dans l'équipe diocésaine de pastorale pour l'Église catholique au Saguenay-Lac-St-Jean et en tant que professeur à l'Institut de formation théologique et pastorale. Ce n'est pas un travail pour convertir les gens à la foi chrétienne, c'est plutôt pour accompagner ceux et celles qui ont choisi de croire... Je ne suis donc pas très effrayant et plutôt de bonne compagnie, accueillait et discutant avec quiconque se montre respectueux, sans distinction d'origine, d'ethnie, de religion d'orientation sexuelle ou de handicap. J'ai auparavant fait partie de L'Arche de Jean Vanier (en France et à Montréal) à laquelle je continue d'être attaché spirituellement. Autre blogue: http://lebonheurestdansleoui.wordpress.com Twitter : http://twitter.com/#!/jocelyn_girard Facebook : Jocelyn.Girard.9

réponses "

  1. Je vous rejoins dans cette difficile question du harcèlement des enfants par d’autres enfants. Quelque chose de terrible qui a détruit l’estime de soi de beaucoup trop de gens.

    Vaste problème qui trouve souvent sa cause dans l’éducation que reçoit le harceleur.

    La solution que vous proposez avec Edupax semble excellente, ça vaut la peine d’essayer.

  2. Une sainte colère.

    J’enseignais dans une école primaire. Un jeune trisomique, assez fragile, se faisait cracher dessus à la récré par la gang des poncho. J’étais pas content, j’ai pété ma coche. Les jeunes devaient rétablir le lien de confiance, prendre du temps avec notre élève, l’aider à s’habiller, l’accompagner à la récré.

    Certains parents des jeunes agresseurs n’ont pas aimé. J’ai même reçu un téléphone à la maison me disant que j’étais un prof pour les handicapés, pas pour ceux du régulier. On me disait de me mêler de mes affaires. Mon directeur me laissait entendre de laisser tomber. On a parlé de moi aux commissaires même Marina Larouche avait une opinion.

    L’histoire a une belle fin, réconciliation et notre jeune élève a été accepté dans la gang des poncho et il n’y a plus eu d’intimidation. À l’école on avait compris que si on s’en prenait à mes élèves, j’allais réagir et que je n’avais peur de rien.

    Une bonne colère bien géré peut être très positive.

  3. L’importanced’être là nous adultes, oui bien sûr Jocelyn! Merci de ton billet qui est aussi une préoccupation dans nos équipes de parents et d’enseignants au sein des écoles et collèges en France. En janvier, c’est d’ailleurs le thème d’une conférence pour les parents d’élèves dans mon collège: je viendrai te raconter.

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s