Nelly Arcan et l’homme que je suis

Standard

Nelly ArcanComme tant d’autres, j’ai assisté en observateur (peut-être même en « voyeur ») au cirque médiatique des derniers jours à la suite de la publication du livre posthume de Nelly Arcan dont un extrait rappelle, sous forme fictive, son passage à l’émission Tout le monde en parle. J’avais vu cette émission. J’ai revu l’extrait. J’ai de nouveau ressenti le même malaise qu’en 2007. Et pourtant je suis un homme…

La séductrice

Cette auteure que je n’ai jamais lue, mais dont je connaissais quelque peu la réputation, s’était présentée sur le plateau de l’émission en robe  sexy, comme bien d’autres femmes avant elle. Cette femme-là avait un côté provocateur, des airs de femme fatale, aguichante, ne refusant pas pour elle-même les attributs de la femme objet, principal sujet de ses livres.  Mais c’est bien de son dernier livre qu’elle aurait aimé parlé!

Si j’avais été sur ce plateau, avec ces hommes que certains décrivent aujourd’hui plus ou moins à mots couverts comme des cochons excités, aurais-je pu éviter de me laisser entraîner dans cette atmosphère lubrique générée par les remarques déplacées du fou du roi et d’un invité en particulier, d’une part, et les questions tendancieuses de l’animateur poussant à faire l’amalgame entre la personne de Nelly Arcan et ce qu’on peut déduire d’elle à partir de ses personnages de romans? Mon regard aurait-il porté ailleurs que sur son décolleté, quand l’aura de cette femme rayonnait fortement d’une sensualité qu’on ne peut séparer complètement de ses héroïnes? Elle disait que ce qu’elle écrivait, à force de détails, devenait « l’anti-thèse de l’érotisme ». Elle avait peut-être oublié que c’est justement ce que fait la pornographie, les détails, et qu’il semble bien que ça n’empêche pas un homme et même certaines femmes d’être férocement excités…

La femme fragile

Nelly Arcan s’est suicidée en 2009. Certains suicidaires considèrent qu’il faut du courage pour mettre un terme à sa vie. D’autres évoquent plutôt la lâcheté devant les défis auxquels toute vie doit plus ou moins être confrontée. Peu importe notre regard sur le suicide, c’est toujours une tragédie. Des gens se sentent coupables de l’acte ultime d’un autre, la plupart du temps les plus proches ou ceux qui auraient dû se montrer proches avant le geste fatal.

Sur le plateau de l’émission, Nelly Arcan a affiché, sans doute sans le vouloir, une fragilité et une sensibilité touchantes. Elle était visiblement affectée par la tournure de l’entrevue, jusqu’à supplier « Vous n’allez pas me faire ça » au moment où l’on voulait la contraindre à une partie de bras de fer. C’était le risque de participer à une émission de variétés qui veut plaire en provoquant et en rigolant, en déstabilisant les vedettes, parfois aussi en sensibilisant, il faut le dire.

Si l’exposition de la fragilité de cette femme a pu toucher deux millions de spectateurs, elle aura fait oeuvre d’authenticité : dans un monde idéal, on devrait pouvoir raconter sans craindre ses contradictions et se montrer soi-même, notamment vulnérable et fragile, ce qui est d’ailleurs le propre de la nature humaine. Certains courants féministes pourraient lui reprocher d’avoir exposé cette vulnérabilité dans un monde où la femme est encore infériorisée et objectivée. L’homme que je suis aurait simplement voulu la prendre dans ses bras, la consoler, lui faire retrouver son sourire. La femme fatale avait disparu, ne restait plus que la femme, vraie.

Notre responsabilité

Nelly Arcan s’est donné la mort. Elle a posé ce geste dans son intimité, sans personne pour voir ni pour interpréter le sens qu’elle a voulu lui donner. Visiblement, ses écrits qui paraissent à certains comme visionnaires et prophétiques, ne pouvaient que dissimuler une femme fragilisée par cette mise à nu perpétuelle. Les gens ont raison de dire que Nelly Arcan était une femme fragile, elle qui pourtant réussissait mieux que quiconque dans un domaine plus que compétitif en vivant de ses oeuvres. La réussite n’est jamais un gage de force !

Chose certaine, les hommes présents sur ce plateau n’ont de responsabilité que de s’être laissés entraîner — et c’est si facile! — dans une mise en scène visant à exacerber la sensualité, à l’image de ce qu’on voit chaque fois qu’on y invite Anne-Marie Losique. La différence entre ces deux femmes? L’une joue clairement un rôle, celui de femme fatale, alors que l’autre, celle qui a perdu, l’était au plus profond d’elle-même, tout en dénonçant qu’elle puisse être ça, elle et de plus en plus de femmes contemporaines.

Personnellement, je n’oserais attribuer ne serait-ce qu’une infime part de responsabilité aux artisans et participants de l’émission Tout le monde en parle dans le suicide de Nelly Arcan. Ce serait instrumentaliser ceux-là au service d’une interprétation d’un geste qui nous échappe tous. Cela n’enlève rien au fait que cette séquence-là n’est certainement pas un modèle à reproduire. Pour attirer les regards vers les organes féminins et masculins et attiser les passions, il suffit généralement de passer à une autre chaîne où, sans gêne, la télé-réalité nous entraîne. Nul besoin que Radio-Canada  se mette à jouer dans cette cour. C’est peut-être une leçon à retenir à l’aube de la nouvelle saison de Tout le monde en parle…

Voici quelques articles bien écrits qui valent la peine d’être lus :

Un billet écrit par Nelly Arcan peu après son passage à l’émission

Sophie Durocher, Tout le monde parle de Nelly

Jocelyne Robert, Si vulnérable

Mélikah Abdelmoumem (amie de Nelly A.), Guy A. croqué par un fantôme

Nathalie Petrowsky, Nelly et les poux

À propos de Jocelyn Girard

Marié depuis 1984, 5 enfants (que des "gars"), 6 petits-enfants... Je travaille dans l'équipe diocésaine de pastorale pour l'Église catholique au Saguenay-Lac-St-Jean et en tant que professeur à l'Institut de formation théologique et pastorale. Ce n'est pas un travail pour convertir les gens à la foi chrétienne, c'est plutôt pour accompagner ceux et celles qui ont choisi de croire... Je ne suis donc pas très effrayant et plutôt de bonne compagnie, accueillait et discutant avec quiconque se montre respectueux, sans distinction d'origine, d'ethnie, de religion d'orientation sexuelle ou de handicap. J'ai auparavant fait partie de L'Arche de Jean Vanier (en France et à Montréal) à laquelle je continue d'être attaché spirituellement. Autre blogue: http://lebonheurestdansleoui.wordpress.com Twitter : http://twitter.com/#!/jocelyn_girard Facebook : Jocelyn.Girard.9

réponses "

  1. Je ne sais pas si je suis pertinent mais j’y vais quand-même. Je connais peu Nelly Arcand et je n’ai pas visionné l’émission de tout le monde en parle. Je ne crois pas que la beauté ou la séduction sont à blâmer.

    Il y a 1000 ans, peut-être, un groupe d’homme était accompagné de très belles femmes. Cela leur causait bien de problèmes, chicanes,violence, envie, jalousie. Un des membres du groupe proposa l’idée suivante. Nos femmes devront porter un voile, ainsi elles ne séduiront personne. Les hommes seront à l’abris. Simpliste, c’est vrai,une chance que nous sommes plus évolués. Le sommes-nous vraiment ?

    Je marchais avec une femme de 30 ans qui venait de Toronto. Nous étions à Bangalore, Inde, en 1984, j’avais 24 ans et je me croyais évolué. Elle était belle avec sa camisole et son pantalon serré. Je peux vous dire qu’elle attirait beaucoup l’attention, elle attirait les regards,les commentaires, on était suivi et une chance qu’elle était avec moi. Elle était mal à l’aise et agressive. Bande de cons, imbéciles, cro-magnon, attardés. Je lui disais qu’elle avait raison mais de faire attention à la provocation, on est pas chez-nous. Ma suggestion: habille-toi autrement, mets un voile sur ta beauté en d’autres mots. C’était probablement la bonne chose à dire mais quand-même, un jeune occidental, ouvert d’esprit qui propose comme solution le voile. Bon ben ……..! C’est loin de chez-nous !

    Nelly Arcand se présente à une émission. Belle, séductrice,attirante, intelligente et avec des idées. L’émission est branchée, un peu de gauche, ouverte et se veut un lieu d’échange. Vous connaissez la suite, son allure dérange, tu dis ça mais tu t’habilles comme ça. Un peu plus, on lui disait d’aller se voiler.

    La séduction et la beauté dérange, est-ce le problème de la personne qui séduit ou le problème de la personne séduite ? Cachons ce sein que je ne veux voir !

    • Nous devons vivre, en tant qu’hommes puisque je ne peux pas parler pour les femmes, avec cette contradiction permanente entre le désir nourri par la séduction et la raison qui nous invite au respect de la personne dans son intégralité. C’est sans doute un peu ça, être civilisé ! Il sera toujours plus facile de jeter la pierre à la femme, fautive, tentatrice, que de regarder comment nous gérons nos propres pulsions. Pas simple, mais si vrai. Et tu as raison, dissimuler le corps de la femme ne peut que conduire à nous soustraire à notre responsabilité d’être maîtres de nous-mêmes.

  2. Je suis bien d’accord avec vos propos, c’est troublant de voir en 2011 des hommes manquer autant de classe à cause d’une craque de sein….Il y a bien eu un jugement sur son apparence, comme si elle ne pouvait pas être respectable en même temps que sexy…

  3. J’ai lu « La honte », ce court texte d’une trentaine de pages qui vient d’être publié à titre posthume.

    J’en extrais ce court passage (page 3):

    Ce verdict était terrible pour Nelly qui n’avait pas, comme la plupart des
    femmes, reçu son corps à la naissance, qui n’était pas sortie avec ces seins là
    de sa mère, qui avait plutôt déboursé pour les avoir, ces seins-là, ainsi
    que bien d’autres parties d’elle-même. D’avoir dû payer en humiliation
    publique le fait de s’être offert un corps augmenta sa honte.

    = = =

    Bien sûr, je suis, comme j’étais lors de la première diffusion, mal à l’aise avec ces remarques un peu lubriques de la part de Dany Turcotte. Mais était-ce humiliant?

    Nelly Arcand jouait le jeu de la séduction, d’où ces parties d’elle-même qu’elle avait fait améliorer. Mais qui cherchait-elle à séduire? Flattés, quelques mâles qui avaient été invités à TLMEP croyaient que c’est leur regard à eux que Nelly cherchait à enflammer. Réaction de mâle? Sans doute (je suis moi-même 6 fois grand-père). Mais Nelly cherchait plutôt à se séduire elle-même, en « boostant » son estime d’elle-même.

    Nelly devait bien se douter des réactions qu’elle était susceptible de susciter, avec ce décolleté plutôt bavard. Que la réaction soit celle d’un homosexuel notoire que la vue d’une femme n’est pas censée émouvoir, là était la surprise!

    Je n’excuse pas pour autant. Mais je vois une jeune femme qui veut paraître belle et sensuelle, je vois un Dany Turcotte sans doute maladroit, mais néanmoins de bonne foi, qui semble chercher à démontrer qu’elle y est parvenue. Bien sûr qu’il charriait, mais c’est un peu ce pourquoi – à la connaissance des invités – il est payé.

    Terrible malentendu, en somme.

  4. Nelly Arcan à Tout le monde en parle en septembre 2007
    Concernant la polémique entourant le passage de Nelly Arcan à l’émission de Guy A Lepage , j’ai effectivement pris le temps de visualiser l’entrevue ( vue sur Youtube) afin de me faire un opignon personnel.Je dois reconnaitre d’entrée de jeux que la chanson particulièrement mal choisie et tendencieuse  » Quand on se donne de Francis Martin  » entendue au moment de faire son entrée sur le plateau donnait en partant une orientation dégradante à l’entrevue.Très peu de temps après le début des échanges le ton est devenu rapidement hypocrite racoleur et méprisant envers cette écrivaine.De manière condescendante les moqueries et les questions pernicieuses envers madame Arcan fusaient de toutes parts .La couleur de l’entrevue était malheureusement donnée et tranquillement la souricière se refermait sur cette femme venue parler de sa carrière mais inexorablement soumise à des commentaires et à des questions par deux personnes imbues d’elles même.. à l’image de crétins journalistes à potins qui se compétitionnent et se complaisent entre eux pour tenter de divertir un auditoire avec un goût plus que douteux.Que ce soit turcotte qui parle de la consommation de sa féminité par les hommes , de l’insignifiante question de Lepage sur le sentiment qu’elle peut ressentir si les yeux des hommes ne sont pas rivés sur elle dans un bar , Lepage qui lui demande ce qu’elle fera le jour oû elle sera une larve aux yeux des hommes … Non mais ! il y en qui se demandent encore pourquoi elle à eu une telle réaction … Pour couronner le tout … le bouffon du roi ridiculise ce que porte Madame Arcan de facon tout à fait convenable pour ce genre d’émission en y allant de commentaires irrespectueux envers elle ,tout en prenant bien soin d’émettre avec sarcasme une observation à propos de son habillement au fait qu’elle devenait un modéle pour les petites filles du Québec et Lepage d’en rajouter… que voulez vous de plus .. la dérape était totale. Honte à Lepage qui fait sembant de ne rien comprendre quand on lui demande de commenter les derniers évènements et ce n’est pas mieux pour son clown de service.Tout cela me laisse un très mauvais goût dans la bouche et je suis forcé de croire par surcroît que Radio-Canada n’a plus de discernement critique devant une émission qui rapporte des gros sous.Je suis triste pour madame Arcan et mes meilleures pensées sont à la mémoire d’une femme qui je respecte au plus haut point.

  5. Papi

    Vous dites:

    « je vois un Dany Turcotte sans doute maladroit, mais néanmoins de bonne foi, qui semble chercher à démontrer qu’elle y est parvenue »

    On ne voit pas pantoute la même chose….

    Je cite de mémoire:

    Turcotte dit:

    « Vous n’avez pas peur que plein de petites filles s’habillent comme vous après l’émission? »

    Nelly dit:

    « Mais c’est seulement une robe classique! » (Et elle a raison)

    Lepage dit:

    « Ben oui, on en voit plein de femmes qui s’habillent comme ça! » (il ironise)…

    C’est une charge agressive difficile à prendre pour une femme! Et n’importe quelle femme!

    Et à un autre moment Turcotte garoche :

    « Même moi je ne suis pas capable de te regarder dans la face! »

    Ouf! Méchante charge à recevoir! J’aurais pas été capable de rester là comme elle a fait, pas si fragile le petite!

    L’intention est de juger, moi ce que j’entends très distinctement c’est

    « Tu t’habilles comme une pute et on ne va pas te respecter »

    On est très très loin de l’humour en passant…

    Pour moi, un jugement est tombé, une preuve de plus est le message de la petite carte de Dany à la fin.

    Je cite de mémoire encore, mais c’est très proche :

    «Dans vos livres, vous dénoncez le culte de la beauté, le fait de vouloir plaire à tout prix et les chirurgies esthétiques, donc votre devise est : « Faites ce que j’écris, mais ne faites pas ce que je vis »

    Les recherchistes aussi ont mal travaillé, ils ont orienté les questions pour la juger…Bon ça fait parti du jeu, mais dans l’ensemble, le cirque est assez morbide et je n’aime pas du tout le résultat, le jeu de ces grands singes, humoristes ou pas, ils ont manqué de classe.

    Le texte de Nelly n’est pas à juger, c’est une fiction, possiblement qu’elle-même n’aurait jamais jugé les animateurs de TLMEP. J’éviterai d’ergoter sur ça, c’est écrit pour publier, il faut du contenu, donc cela ne sert certainement pas à jauger du degré d’humiliation qu’elle a ressentie, mais bon, soyons certains qu’elle a passé un moment assez difficile.

    J’en veux un peu à la formule de TLMEP, il y a dans cette émission deux genres d’invités, ceux qu’on juge, les cons du dîner, et ceux qu’on adule. Mettons qu’ils se sont gourés en maudit en mettant Nelly dans les invités de la première classe.

  6. @Roger Maltais

    Je n’avais pas vu votre texte avant d’envoyer le mien.

    J’en veux moi aussi à Lepage qui jette encore son mépris sur Acan. Imbu de sa personne, ouf! c’est peu dire dans son cas!

    Je le cite:

    « L’animateur a précisé que l’équipe de Tout le monde en parle n’a appris que Nelly Arcan souffrait de graves problèmes psychologiques qu’une fois le tournage de l’émission terminé. «Avoir su, eh bien, on ne l’aurait pas invitée», a-t-il affirmé. »

    http://www.journalmetro.com/culture/article/968564–guy-a-lepage-trouble-par-le-texte-de-nelly-arcan

  7. @Roger Maltais (et Koval, accessoirement)

    « Que ce soit turcotte qui parle de la consommation de sa féminité par les hommes , de l’insignifiante question de Lepage sur le sentiment qu’elle peut ressentir si les yeux des hommes ne sont pas rivés sur elle dans un bar… »

    = = =

    J’aime bien cette expression « la consommation de sa féminité par les hommes », que comporte votre texte.

    Je le compare à cet extrait de Putain, le seul récit de Nelly Arcan qu’il m’a été donné de lire. À vrai dire, quand j’ai appris le suicide de l’auteur, le 24 septembre 2009, je venais tout juste d’en lire les premières envolées; j’ai été incapable d’en reprendre la lecture, que j’ai complétée un an après son décès. Jour pour jour…

    [extrait 1] Il a été facile de me prostituer car j’ai toujours su que j’appartenais à d’autres […] ils ont joué de moi et moi d’eux plusieurs mois avant de me résoudre à aller vers ce à quoi je me sentais si fort poussée, et lorsque j’y repense aujourd’hui, il me semble que je n’avais pas le choix, qu’on m’avait déjà consacrée putain avant de l’être… (Édition du Seuil, page 15).

    = = =

    Je vous cite encore: « Lepage qui lui demande ce qu’elle fera le jour oû elle sera une larve aux yeux des hommes … Non mais ! il y en qui se demandent encore pourquoi elle à eu une telle réaction …

    Larve? Vous reprochez à Lepage cette question, alors que c’est Arcan elle-même qui avait parlé de « larve ».

    [extrait 2] C’est vrai, je suis la preuve que la misogynie n’est pas qu’une affaire d’hommes, et si je les appelle larves, schtroumpfettes, putains, c’est surtout qu’elles me font peur, parce qu’elles ne veulent pas de mon sexe et qu’il n’y a rien d’autre que je puisse leur offrir. (page 16)

    = = =

    Vous faites reproche aux recherchistes de TLMEP d’avoir bâclé leur travail… peut-être avez-vous raison sur ce point, mais vous, Monsieur, vous aviez lu Arcan? Lepage l’avait lue dans son intégralité, lui. Ça n’est pas mon cas. Mais prima facie, le questionnaire auquel l’animateur a soumis son invitée me paraît constituer – du moins pour bonne partie – un écho à son oeuvre littéraire.

    = = =

    Cela dit, je suis moi-même père d’une belle jeune femme de près de 30 ans, et grand-père de quatre filles et demie (la cinquième naîtra en janvier). Socialement et politiquement =a gauche, je suis, sur le plan moral, un homme de droite. Et à ce titre, si j’avais été le père de Nelly Arcan. sa tenue, ce soir-là, m’aurait rendu mal à l’aise.

    Tout comme j’éprouve un profond malaise face aux interventions des animateurs. Est-ce incompatible?

  8. @Koval

    « Nelly dit:
    « Mais c’est seulement une robe classique! » (Et elle a raison)

    Lepage dit:
    « Ben oui, on en voit plein de femmes qui s’habillent comme ça! » (il ironise)…

    C’est une charge agressive difficile à prendre pour une femme! Et n’importe quelle femme!

    = = =

    Est-ce vraiment une charge, Koval? Aucune de mes anciennes collègues de travail n’aurait porté une telle tenue dans un party de bureau ou au cinéma! Tenue classique? Classique, dans le sens de « pas trop extravagante », mais non, il y a pas plein de femmes qui s’habillent comme ça, pour reprendre les mots de Lepage.

    Et je n’aurais pas laissé ma fille de 17 ans la porter! Au delà des 17 ans, il n’y a rien que je puisse faire, sinon émettre un commentaire réprobateur.

    .

    .

  9. Eh bien! Que voulez-vous Papi, ces robes aujourd’hui sont assez courantes dans les noces et sur les plateau, j’en ai vu en masse des starlettes habillés ainsi à TLMEP…..

    Ça n’autorise pas le manque de respect et de classe…

    Oui, c’était bien une charge visant à la traiter de pute!

  10. Pour répondre à Monsieur Papitibi … Ce que je reproche à TMEP c’est le controle réducteur que l’on a pris pour  » passer en entrevue  » Nelly Arcan.Comme si d’avance un jugement réprobateur pouvait déja être portée à propos de ses réponses.A mon avis c’est sur le fond que les questions que l’on veut sérieuses méritent d’être posées et non sur la forme.Recevoir une personne pour mieux la connaître doit être est un geste qui normalement doit se faire avec civilité.L’angle avec lequel Lepage est entré en communication était à mon avis malsain.De facon imagée à titre d’exemple … accepterions nous que Lepage passe tout le temps de son entrevue à parler du parfum que porte son invité pour faire comprendre au plus grand nombre qu’il n’est pas capable de le sentir sans porter attention à la personne elle même. Le penser est une affaire .. le dire en est une autre et c’est blessant. Je crois qu’il à une zone à respecter quand on recoit une personne pour l’entendre parler de sa carrière.Tout n’est pas permis même dans une émission de variété de sombrer certains détais d’ordre personnel pour élucider de facon sensationnelle comment une personne s’est construite avec les années pour ensuite la ridiculiser.Pour teminer , c’est l’émotion ressentie à la lecture qui prime quand on s’intéresse à un écrivain.Très important de faire la part des choses et de ne pas croire que ce que l’on peut lire est à tous coups des révélation d’ordre personnel.Il existe sur le marché d’excellentes parutions et elles sont posées dans la section biographie des librairies.Ha ! j’oubliais … à mon avis ses vêtement étaient de bon goût.Certe ne pouvant convenir à toutes les femmes.Encore une fois … un peu de discernement ne peut pas nuire.Ceci est un autre débat .. pour aujourd’hui … je crois que c’est assez !

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s