Croire et voter: choix déchirant

Élections fédéralesLorsqu’un citoyen ou une citoyenne est appelée aux urnes, elle est normalement en dialogue avec elle-même sur ses valeurs, ses croyances, ses principes moraux et ceux des partis et des candidats. Cette réalité est la même pour tous, bien entendu, mais je pense que le croyant ou la croyante dont la foi est un vecteur de choix quotidiens veut approfondir ce qui s’offre à elle avant de décider.

La première constatation est inévitable: aucun parti ni aucun candidat n’épouse parfaitement les contours d’une foi religieuse particulière, car même s’il est croyant, il doit devenir le député de tous ses commettants, pas seulement de ceux et celles qui partagent la même foi. De plus, le passé à montré que lorsqu’une foi religieuse particulière se confond dans un programme politique, elle risque s’éloigner dangereusement des éléments essentiels qui lui donnent sa légitimité. Ainsi donc, choisir un candidat au lieu de tel ou tel autre sera toujours une affaire de compromis. Il vaut donc la peine de bien soupeser les différences et l’importance que l’on accorde à telle ou telle valeur afin de s’assurer que le candidat retenu y corresponde le mieux possible.

Pour cela, la Boussole électorale mise à disposition par Radio-Canada peut s’avérer aidante. Mais il y a encore d’autres considérations que je voudrais mettre dans la balance le jour du vote.

Choix moraux vs choix sociaux

Le plus difficile, pour un catholique comme moi, c’est de faire la part des choses entre les impératifs moraux évangéliques plus personnels et les appels tout aussi évangéliques à la justice . Sur le plan de la morale personnelle, le catholique est appelé à rien d’autre que la perfection à l’image du Père céleste (cf. Évangile de Matthieu, ch. 5, v. 48). Cette perfection devrait se construire au fur et à mesure de sa vie, le plus souvent avec essais et erreurs… Mais peu à peu, se dresse un ensemble de valeurs et de choix éthiques qui deviennent une partie de lui-même. Il existe plusieurs domaines où cela peut s’appliquer :

  • une vie « droite » : l’honnêteté, l’intégrité, la cohérence de vie, le sens du devoir et de la responsabilité, la recherche du bien commun, etc.
  • une culture de la vie: prendre parti pour le plus petit dès la conception, favoriser la vie, ce qui donne de la vie, ce qui nourrit la vie… Et bien entendu on ne peut pas ici faire de compromis sur la protection de la vie contre toutes les formes d’attaques, comme l’avortement (voir mon billet), l’euthanasie, le suicide, le meurtre, et de manière plus subtile mais non moins grave le harcèlement, la dépression, l’exclusion, le racisme, etc.
  • une vie au service de l’humanité: le monde ne va jamais aussi bien qu’on le croit, il existe partout des situations qui réclament qu’un « bon samaritain » s’y dévoue, que ce soit pour des hommes et des femmes en détresse, en situation d’injustice, blessées par la vie ou par d’autres, isolées, etc.

Cela dit, j’aimerais, rapidement et d’une manière simplifiée, montrer que le choix est pratiquement impossible entre les différents partis.

Voici pourquoi je ne voterais pour aucun parti :

  • je ne voterais pas Vert parce qu’une philosophie rigide qui va jusqu’à mettre sur le même plan les besoins des humains et ceux des autres êtres vivants ne peut qu’aboutir à des choix radicaux qui ne rendent pas prioritairement justice à la vie humaine et à ses conditions d’existence;
  • je ne voterais pas NPD parce que le progrès social ne peut jamais être considéré comme une évolution purement positive, que le projet de société ne peut jamais se réduire à des choix de majorité et que des choix moraux doivent aussi être entendus et protégés;
  • je ne voterais pas Bloc car je pense qu’on ne peut construire une société uniquement en se réclamant d’une portion d’entre elle, sans jamais se montrer solidaire du reste, en croyant sans cesse que nous sommes victimes et non pas partenaires de notre destin;
  • je ne voterais pas Libéral car l’arrogance et les travers d’un parti usé ne l’aident pas à retrouver pour vrai une nouvelle attitude plus humble et plus à l’écoute des besoins d’une société qui veut être accueillante, solidaire et intègre;
  • je ne voterais pas Conservateur car l’attitude répressive, le sentiment d’avoir raison, d’être moralement supérieur, tout en défendant une forme de liberté et une vision de l’économie qui finissent par ne plus être solidaires des autres, notamment des plus pauvres, ne peut que défigurer notre société en la déshumanisant à long terme.

Voici comment je voterais, en conscience avec ma foi chrétienne :

  • j’aimerais voter Vert pour m’assurer que les générations futures garderont un milieu de vie où il est possible de vivre en harmonie avec la planète et développer une solidarité qui dépasse le genre humain pour atteindre toute forme de vie;
  • j’aimerais voter NPD pour que des mesures de soutien permettent aux pauvres d’ici et d’ailleurs d’être soutenus, relevés et réintroduits dans l’humanité qui reconnaît d’abord la fécondité et les dons de chaque être humain plutôt que sa productivité;
  • j’aimerais voter Libéral pour que la liberté individuelle et les droits des minorités incluant les croyants de toute tradition continuent d’être respectés et promus dans notre société ouverte et tolérante, pour un retour du Canada à l’aide humanitaire internationale;
  • j’aimerais voter Bloc pour le sentiment d’appartenir à une nation bâtie sur les valeurs de tolérance et de solidarité sociale, sur une culture spécifique, sur la fierté nationale;
  • j’aimerais voter Conservateur pour que nous demeurions vigilants face aux questions morales et conserver une dimension d’interpellation et de responsabilité sociale dans les choix individuels lourds de conséquences comme l’avortement, l’attention aux victimes de violence, de même que l’invitation au dépassement et à la réussite, etc.

Bien sûr, il y a une multitude d’autres volets dans les programmes politiques, d’où cette appellation « simplifiée ». Si vous faites le même exercice pour vous-mêmes, vous retrouverez-vous étrangement dans un tel carrefour ? Pour ma part, lorsque je voterai le 2 mai, je tenterai de me laisser éclairer par l’Évangile. Et je trouve encore dans le témoignage de Matthieu un passage qui devrait m’y aider, surtout à mettre des priorités dans mes valeurs:

Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. […] Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.

Voilà pour moi les critères essentiels qui m’aideront à choisir le candidat ou la candidate qui s’approchera le mieux de ces valeurs d’une société plus juste et plus solidaire, une société de plus en plus humaine.

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s