La petite séduction, une grand’messe culturelle

Gregory Charles et Dany Turcotte

L’émission La petite séduction – Spéciale Noël qui sert de source pour ce billet est disponible sur Tou.tv

J’ai quelques confessions à faire… J’aime la série La Petite Séduction. Je verse presque toujours une petite larme à la fin, au moment des adieux de l’artiste invité. J’aime aussi Grégory Charles. Je le trouve talentueux fou, bien sûr, mais j’apprécie davantage sa sensibilité assumée. J’aime aussi le temps des Fêtes avec tous les rituels. J’aime les récits de nos aînés qui racontent comment se passaient les choses dans l’temps. J’aime l’idée de l’unité dans la diversité et dans la sérénité. J’aime ce qui a du sens.  J’aime enfin la liturgie, les gestes qui parlent, comme à la messe…

Pensez-vous qu’un jour, tous ces ingrédients se retrouveraient dans une émission de télé à une heure de grande écoute ? Eh bien oui ! La Petite Séduction « spécial Noël » diffusée ce 14 décembre a rassemblé tout cela. Vous comprendrez mon émotion !

Le tournage se passait à Sutton, une petite ville des Cantons de l’Est, formée de moins de 4000 habitants. Cette communauté s’est constituée en deux grands moments, le premier à l’arrivée des Loyalistes américains lors de la guerre d’indépendance (vers 1763) et l’autre à partir de 1840 alors que les premiers colons francophones s’y installaient. Sutton est une localité où les deux langues officielles se côtoient, mais également quatre confessions chrétiennes qui semblent cohabiter dans l’harmonie, parvenant même  – rare – à réaliser des activités ensemble.

Gregory Charles aime l’histoire, les relations familiales, la musique comme vecteur d’unité universelle… Sutton était un lieu de choix pour l’inviter à se laisser séduire, ce qui constitue l’objet de cette série.

À un moment de l’émission, Gregory et Dany se retrouvent à l’endroit où l’ancienne gare de Sutton voyait s’arrêter pour se ravitailler le train qui partait de Montréal vers les États-Unis. L’équipe de hockey Les Canadiens montait souvent à bord, suscitant l’intérêt des jeunes passionnés par ce sport. J’ai aimé voir ces jeunes garçons qui figuraient trois passionnés de hockey, rappelant leur épopée alors qu’ils se retrouvaient là, à chaque fois que le train avait à son bord l’équipe mythique.  Voir, être vus, toucher peut-être, obtenir l’autographe sacrée, c’était leur quête. Et quelle surprise de voir arriver ces trois hommes âgés de plus de 75 ans, les vrais personnages de cette histoire, s’installer derrière les jeunes acteurs et raconter eux-mêmes les souvenirs de cette époque. Je pense que nos personnes âgées ont un grand besoin de raconter leurs souvenirs, leur histoire. Je pense surtout que les plus jeunes générations devraient aspirer à les entendre, à se faire raconter leurs histoires. Ce fut pour moi un instant magique dans cette émission.

La séquence suivante montrait une mise en scène de l’histoire de Gregory Charles lui-même, avec des images projetées à l’extérieur sur une église. L’histoire d’un petit peuple rejoint celle d’une personne, c’est comme ça que se déroule l’histoire du monde ! Et que dire de ces rites significatifs où Gregory Charles est invité à allumer des bougies, celle de l’espoir que suscitent l’art et la musique pour réunir des gens, et celle du bonheur après des témoignages émouvants sur l’amour conjugal.

Par la suite, on nous fait entrer avec l’artiste dans une des quatre églises de la localité. Et surprise, on y retrouve des choeurs des quatre confessions : Église Unie, Église baptiste, Église anglicane et Église catholique. Ceux-ci entonnent en choeur – c’est le cas de le dire – des chants du répertoire traditionnel de Noël qui ne peut que renvoyer à cette espérance de voir un jour l’humanité totalement unie par la personne de l’enfant-Dieu.

Enfin, comme à chaque émission, la fête finale culmine dans la joie et l’humour, pour évacuer toutes ces émotions ressenties au cours des heures passées à préparer la venue de l’artiste et à vivre avec lui ces moments intenses.

J’ai retrouvé dans cette émission tous les ingrédients qui font le succès d’une fête réussie: une préparation sans faille, une participation de tous et toutes, la reconnaissance de la valeur de toutes ces contributions, des récits et témoignages, des paroles explicatives et des gestes signifiants et émouvants, une forme de communion réelle et la joie finale qui éclate dans la fête. Bref, tout ce qu’il faudrait pour qu’une liturgie chrétienne ait du succès. Comme j’espèrerait que nos messes, nos baptêmes, nos mariages, nos funérailles chrétiennes inspirent une telle intensité de sentiments et de sens, un tel bonheur d’être ensemble !

Il s’agit pourtant d’une émission totalement « laïque » qui est diffusée sur la chaîne publique de Radio-Canada. Mais bon dieu que c’était une belle messe, une belle grand’messe ! Merci à l’équipe de production et à l’animateur Dany Turcotte de s’être laissés inspirer pour nous livrer un si beau cadeau de Noël. Merci à ces citoyens de Sutton qui ont su montrer le meilleur d’eux-mêmes, si inspirant.

L’émission est disponible ici sur Tou.tv Amen !

6 réflexions sur “La petite séduction, une grand’messe culturelle

  1. Sylvie Larouche dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’ai ressentie la même chose et quel beau texte en plus. Toutes mes félicitations.

    Joyeuses Fêtes à vous et aussi à votre famille.

  2. Bonjour,
    Je suis membre du comité organisateur de « La petite séduction » à Sutton. J’ai bien aimé votre texte sur ce blog. Me permettez-vous de faire le lien sur votre texte sur notre blog, http://decouvrirsutton.blogspot.com?

    Merci beaucoup pour ce commentaire. Vous avez très bien compris l’essence des messages que nous avons voulu transmettre dans l’élaboration du scénario.

    Richard Leclerc

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s