Tout maîtriser… même ma mort.

La Commission spéciale Mourir dans la dignité vient de passer à Chicoutimi, dans une relative indifférence, à l’exception peut-être du témoignage de Mme Marthe Vaillancourt, bien connue dans la région pour sa vie militante et engagée, une femme respectée.

Et nous ne pouvons pas rester indifférents devant les arguments de cette femme et de tant d’autres… Voir venir sa propre mort ou celle de proches, appréhender la douleur, anticiper l’agonie, en rester à ce stade-là des jours, des mois peut-être, rien de bien attirant. Plusieurs préfèreraient, en effet, la mort subite, le décès rapide, sans souffrance, sans le temps des regrets ni des adieux.

S’il est probable que je ne gagne pas le type de mort souhaitée à la loto mortifère, alors autant me donner les moyens de me la procurer en maîtrisant le moment et le comment! C’est surtout cette demande de pouvoir choisir librement et lucidement qui inspire une majorité de Québécois et Québécoises. Mourir dans la dignité, ce serait de choisir le moment, le lieu et les personnes qui m’entoureront. Tout le reste des sujets abordés par la Commission est pratiquement réglé: acharnement thérapeutique, l’arrêt ou le refus de traitement, l’aptitude à consentir aux soins, la sédation palliative et même la sédation terminale… La vraie question de la Commission concerne l’autodétermination de l’individu sur sa vie jusqu’à la fin, mort incluse, par le moyen de l’assistance au suicide ou de l’euthanasie.

Je me fais immédiatement cette réflexion: est-ce un autre privilège que seul peut se donner un individu au sein d’une société riche ? Est-ce qu’on se pose même cette question dans les sociétés en émergence ? Lorsqu’on est à combattre toutes sortes de désastres, qu’ils soient naturels ou résultats de la bêtise humaine, a-t-on le luxe de réfléchir sur la manière de mourir dignement ? Je vois plutôt une détermination féroce à protéger la vie, même celle qui nous semble, à nous, la moins « vivable ». Notre société riche, démocratique, bâtie sur l’individu et son autonomie suprême, veut pousser jusqu’à la limite la maîtrise personnelle sur sa vie.

Cela m’amène à penser à toutes ces personnes qui n’ont pas et n’auront jamais cette capacité de maîtriser leur vie. Je pense particulièrement à Élisabeth (nom fictif), une jeune femme qui réside dans un foyer de L’Arche-Montréal dont j’étais responsable jusqu’à l’été dernier. Élisabeth est paraplégique suite à une maladie dégénérative. Elle est spastique et ses muscles ne cessent de se rigidifier avec le temps. Élisabeth souffre dans son corps depuis de nombreuses années. Elle ne peut communiquer qu’avec les yeux ou par des cris difficiles à déchiffrer. Elle a cependant gardé la capacité de sourire et même de rire parfois aux éclats. C’est toujours saisissant d’être là, près d’elle, lorsqu’elle rigole. C’est tout aussi émouvant lorsqu’elle pleure et qu’on sent la douleur du moment, la souffrance de toute sa vie.

Jean Vanier parle des personnes comme Élisabeth en affirmant qu’il ne sait pas pourquoi celles-ci vivent sur terre. Mais il dit qu’il voit ce qu’elles suscitent chez les autres. Élisabeth a besoin d’aide pour toutes les activités de la vie quotidienne: se lever (pour être déposée dans un siège adapté), faire ses besoins, se laver, manger (par gavage), aller au travail et y être assistée en tout, etc. Élisabeth est le contraire de toutes les aspirations de nos contemporains: elle est totalement dépendante. Sa vie a-t-elle un sens ? Préférerait-elle ne plus vivre ? Parfois sans doute.

Élisabeth a passé de nombreuses périodes de sa vie à l’hôpital. Lors d’une hospitalisation récente, sa mort imminente fut annoncée par les médecins et on dut faire venir toute la famille dont la mère et une soeur en avion. Sa vie n’était alors que souffrance, mais Élisabeth n’est pas morte. Elle a survécu, une fois de plus, pour revenir encore à son foyer, parmi les autres membres de L’Arche et l’équipe d’assistants qui en prennent soin. Elle a repris son « travail » de semer du bonheur autour d’elle.

Ce que j’ai moi-même constaté au cours des années que j’ai vécues à L’Arche, c’est la transformation profonde et durable des assistants, ceux et celles qui sont là, chaque jour et chaque nuit, pour donner leur vie à des gens aussi démunis qu’Élisabeth. Ces personnes restent un an, deux ans, parfois plus, et leurs motivations sont très personnelles. Mais elles témoignent toutes d’un changement intérieur qu’elles n’auraient pas envisagé sans cette expérience de proximité avec la souffrance de l’autre.

Le médecin d’Élisabeth et de quelques autres résidents de L’Arche-Montréal, le Dr André Bourque, est engagé dans une campagne contre l’euthanasie. Il écrit ceci:

« Faire mourir le patient n’est pas une solution humaine pour soulager les situations dramatiques de douleur ou de souffrance terminales: le médecin a toujours le devoir et le pouvoir de faire mourir la douleur, et non pas de faire mourir le patient. » […]

« Dès qu’on accepte de faire mourir les patients dans un état terminal et qui le demandent, on devient confronté à la demande des personnes avec des handicaps et des atteintes chroniques qui les minent, puis à celle des patients avec des atteintes psychologiques. Des personnes même jeunes, avec des atteintes « chroniques » invoqueront les chartes pour qu’on ne discrimine pas envers elles dans leur demande d’euthanasie ou de suicide assisté. L’euthanasie deviendra une issue thérapeutique vers laquelle des personnes se tourneront pour soulager leurs souffrances, alors qu’il y a beaucoup d’autres options.

« Il en résultera des pressions indues sur les personnes âgées, celles ayant des handicaps sévères, ou recevant des traitements coûteux: elles apprendront subtilement qu’elles représentent un fardeau pour la société. Il y aura des retentissements défavorables sur les attitudes sociales envers la personne âgée ou débilitée. La personne n’est pas indigne du fait qu’elle dépend des autres ou connaît une déchéance physique ou psychologique. La solution pour assurer le « mourir dans la dignité » demeure dans l’approche palliative compétente, le respect, l’accompagnement et la tendresse. »

Moi, ces propos m’éclairent. Et si vous doutez que les dérapages puissent survenir ici, dans notre société, grâce à une loi bien carrée,  sachez deux faits importants parmi bien d’autres (il est facile d’en trouver sur Internet):

En Oregon, le nombre de suicides assistés augmente régulièrement alors que diminue le nombre de patients dirigés en psychiatrie après avoir demandé le suicide assisté. Les patients qui pourraient retrouver le goût de vivre ne reçoivent pas les soins auxquels ils ont droit. Parce qu’il considère le suicide médicalement assisté comme une forme de soins palliatifs, le Régime d’assurance-maladie de l’Oregon remboursera dorénavant le suicide assisté plutôt qu’une chimiothérapie dispendieuse, dans les cas de cancer avancé. (Voir la source)

Aux Pays-Bas, le gouvernement a adopté le Protocole de Groningen qui permet aux parents de demander l’euthanasie pour leurs nouveaux-nés gravement handicapés.

Difficile, donc, de prévoir ce qui pourra nous arriver ici. Et puis c’est curieux, alors que bien des courants psychologiques et spirituels appellent au « lâcher-prise » comme approche pour bien vivre sa vie et goûter à un peu de bonheur, on voit poindre cette tendance à ne pas vouloir lâcher prise sur sa mort. La vie est un droit… La mort est un rendez-vous fatal. Le mieux est de vivre sa vie de la meilleure manière possible et d’entrer peu à peu en confiance à mesure qu’on se dirige vers la fin du chemin…

Personnellement, je préfère, alors que je suis lucide, avoir la garantie que l’État va me protéger contre moi-même et protéger ceux qui auraient à m’euthanasier ou à m’assister dans mon suicide. Si un jour mon esprit se tord de douleur et que je désespère de vivre, je pourrais en venir à demander que quelqu’un d’autre y mette un terme. Je risquerais alors de l’entraîner dans ses propres questionnements, dans des remords éventuels. Peut-être que, ce faisant, je causerais, au final, plus de mal à autrui que de soulagement pour moi-même.

6 réflexions sur “Tout maîtriser… même ma mort.

  1. Je suis d’accord avec toi! Je suis demeurée à la maison avec ma mère parce qu’elle avait les deux jambes amputées. Elle avait 89 ans et elle est décédée en février 2010 et elle n’était pas prête à mourir encore. Elle avait une soif de vivre extraordinaire…J’ai un cousin qui a la sclérose en plaques. Il a 35 ans et il demeure à la maison avec ses parents. Il est alité, ne voit prensque plus. ne manque presque plus et il a un sourire et un goût de vire extraordinaire. La vie c’est précieux. Julia Simard St-Alexis

  2. Stéphanie dit :

    À l’ère où la société inculque à ses individus la productivité, la beauté, la perfection, la consommation, la jeunesse éternelle…
    Où les plus démunis sont mis à l’écart…
    Les enfants comme les personnes âgées placés en « garderie »…
    On fait le ménage des villes pour que tout semble à première vue « parfait », « normal ».
    L’individu se questionnant le moindrement sur la question de la vie, comprend que toute cette pression n’est que foutaise et celle-ci peut être fatal pour certain qui ne trouve point de sens à leur vie au sein de la société.
    LE SUICIDE
    Et voilà qu’on le fait passer sous un autre nom… l’euthanasie.
    Éradiquer l’imparfait…
    Vers quoi on se dirige ? On fonce droit devant un mur de béton…

  3. Michelle Fillion dit :

    Ton opinion apporte un nouvel éclairage.
    Basée sur des recherches sérieuses, elle amène à faire un profonde réflexion sur l’euthanasie et le suiscide assisté.
    Merci de nous en fournir l’occaion.
    Il est juste de dire que  » l’expérience de proximité avec la souffrance de l’autre  » apporte, pour plusieurs,un véritable changement intérieur.
    Prendre le temps de voir plus loin, incite à creuser en profondeur, pour atteindre en soi, le lieu de tous les possibles.
    Dans ce débat sur l’euthanasie et le suicide assisté,espérons que nous saurons être vigilants afin d’éviter les dérapages possibles.
    Continuons à promouvoir les soins paliatifs. C’est là, il me semble, une solution respectueuse des derniers moments de la vie sur terre. M.Fillion

  4. Renée dit :

    D’abord merci Jocelyn de créer un espace de parole.

    Il me reste bien des questions à la lecture de ton commentaire et c’est peut-être ce qui est le plus sain. On comprend bien qu’il est pratiquement impossible de trancher pour ou contre cette question de l’euthanasie et du suicide assisté; qu’il y a parfois confusion de l’un et de l’autre dans la pratique; que l’on doit porter une analyse très franche en ce qui a trait aux soins palliatifs et à son manque de ressource; que la question du choix-réel demeure ; que l’on risque de tomber rapidement dans une légifération du moindre mal, du moins coûteux, du moins douloureux au détriment du plus de sens; et bien plus encore. Nous vivons dans une société de droits personnels au détriment parfois du devoir collectif. La recherche de l’idéal, du « parfait » à tout prix peuvent nous amener à porter un regard déficient sur notre monde et sur ceux et celles qui peuvent légitimement en faire partie… De quelle paire de lunettes aurions-nous besoin pour avoir un regard juste ?
    Comment arriver à se positionner ?

    Voilà bien des questions… et peut de réponses.

  5. Denise dit :

    J’aime quand tu écris:  » Je préfère avoir la garantie que l’État va me protéger contre moi-même… » Le problème c’est qu’on ne soupçonne même plus de quel ordre de grandeur est la valeur de la VIE. Et la valeur de la PERSONNE HUMAINE vivante. Si on s’arrête sérieusement à celà en toute conscience et intelligence, chaque respiration qui nous est donnée devient tellement précieuse. Il faut se protéger et protéger l’humanité contre le désespoir. On risque gros dans le débat actuel. À force de vouloir tout contrôler, nous pouvons justement faire des lois qui joueront contre nous, contre notre liberté. La vie a ses propres lois. Faisons-lui confiance et surtout respectons-les. Personnellement, je souhaite vivre jusqu’au bout la vie que j’ai reçue, et je ne risquerais pas, pour éviter d’avoir mal, de m »en faire « voler » ne serait-ce qu’une seule seconde …

Comment réagissez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s